Cote d’Ivoire : Ali Touré, nouveau président de l’Organisation Internationale du Cacao, voici ses priorités

L’Ivoirien Ali Touré, est le nouveau président de l’Organisation Internationale du Cacao (ICCO). Il était face à la presse ce vendredi 18 décembre 2020 au siège de l’organisation aux II Plateaux à Abidjan. Déjà représentant de plusieurs organisations de producteurs Africains de matières premières, Ali Touré s’est voulu très clair sur son ambition : « Je place mon mandat sous le signe de l’amélioration du revenu des producteurs ».


Pour Ali Touré, un producteur qui est bien rémunéré serait moins tenté de couper plus de forêt pour planter du cacao, tout comme il génèrerait suffisamment de revenus pour s’offrir une main d’œuvre adulte au lieu de recourir clandestinement à des enfants qu’il emploi pour presque rien.

Aly Touré a fait d’importantes précisions sur la fixation du prix du cacao. Il a expliqué que l’Icco n’a pas vocation à discuter du prix du cacao. « Il appartient aux structures techniques des États membres en collaboration avec leurs gouvernants de fixer le prix en fonction du contexte international. L’Icco n’entre pas dans la fixation des prix. Nous ne sommes ni affiliés à la bourse de Londres ni affiliés à la bourse de New-York. Nous sommes une plateforme de discussion. On a la chance, les multinationales, les Ong, les plus grands producteurs et les plus grands consommateurs se retrouvent à l’Icco pour échanger sur les points spécifiques de la durabilité de l’économie environnementale et sociale », a fait savoir Aly Touré, président du Conseil international du cacao.

Toutefois, M. Touré s’est engagé à mener le plaidoyer pour l’amélioration du revenu des producteurs. «Moi, j’ai mis ma présidence sous l’amélioration du revenu des producteurs. Le Conseil est d’accord avec cette option dans la mesure où tout le monde constate qu’au fil et à mesure qu’on avance, quand on quitte de 15.000 dollars la tonne à 2.000 dollars la tonne, et quand l’industrie du cacao génère 100 milliards de dollars et que la part du producteur représente 6 %, c’est grave et tout le monde en est conscient. Je ferai ce que je peux, mais souvenez-vous que je suis le président du conseil et je fais ce que le conseil me dit de faire. Je ne fais pas ce que j’ai envie de faire, je fais ce qu’on me dit de faire. Ce n’est pas un structure qui parce qu’elle est dirigé par un Africain que les Africains vont commencer à sauter. C’est une structure qui est dirigé pour les producteurs et les consommateurs dans un esprit d’ouverture et de négociation », a-t-il insisté.

Par ailleurs, Aly Touré s’est refusé à tout commentaire sur « la guerre du cacao » qui a mis aux prises, ces dernières semaines,  des industriels du chocolat à la Côte d’Ivoire et et Ghana relativement au différentiel de revenu décent de 400 dollars la tonne.

Rappelons que l’Icco est une organisation inter-gouvernementale fondée en 1973 sous les auspices des Nations Unies et fonctionnant dans le cadre d’Accords internationaux successifs sur le cacao. L’icco vise à promouvoir et à soutenir la durabilité économique, sociale et environnementale de la chaîne de valeur du cacao et particulier à améliorer les conditions de vie des producteurs de cacao.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1702464 : 1.62 mb
MEMORY : 1499224 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.