Publicite

Economie : Mévente de l’anacarde en Côte d’Ivoire, Mamadou Koulibaly accuse l’État

Dans une vidéo publiée ce jeudi 2 mai sur son site officiel, le maire d'Azaguié et fondateur de Lider Mamadou Koulibaly, dénonce la mauvaise politique du gouvernement Ivoirien dans le secteur de l’anacarde.
Publicite

Selon lui, la stratégie de commercialisation du gouvernement est mauvaise surtout à cause du droit unique de sortie (DUS) qu’il impose dans le secteur.

« On nous fait penser que vous êtes premier producteur, c’est vous qui fixez le prix et puis après le monde entier s’aligne sur votre prix. Sauf qu’une fois qu’on a fixé nos prix eux viennent acheter et ils s’en vont. Stratégie commerciale mauvaise.

Et de surcroît, le gouvernement Ivoirien voyant la hausse de la production, se disant à ce prix-là, on va se faire de l’argent, met là-dessus ce qu’on appelle le droit unique de sortie (DUS). 95 France CFA, on est passé de 10 France CFA à 95 France CFA le droit unique de sortie.  En se disant à ce tonnage-là qui va sortir, le gouvernement va encaisser 60 à 70 milliards de France CFA et tout le monde est content.

Sauf que-là le DUS renchérie le prix de l’anacarde à l’international. Alors on a plusieurs stocks non-liquidés. », fait-il savoir avant d’indiquer que le prix d’achat est lié aux « stocks », constatés dans la chaine de production.

« Le producteur a son stock sur les arbres, par terre et dans les magasins, celui qui achète pour venir au port a ses stocks parce que ce n’est pas acheté à l’international, ceux qui sont en Inde, au Vietnam là-bas ont des stocks pour faire tourner leurs usines, les clients des supermarchés, hypermarchés en Europe, en Amérique ont des stocks. Tout le monde gère pour que les prix finaux soient maîtrisés pour que le prix de la marchandise de base soit aussi maîtrisé ».

Sur la mévente de l’anacarde en Côte d’Ivoire, Mamadou Koulibaly accuse l’Etat qui est « le seul acheteur-vendeur » et n’autorise pas « les producteurs de  vendre » leurs produits hors du pays en dépit des accords de ‘’libre circulation’’ des hommes et des marchandises.

« On fixe les prix qu’on ne peut pas respecter, on n’autorise pas dans l’UEMOA que nos producteurs aillent vendre au Mali, Burkina ou au Ghana, on interdit cela alors que, dans les accords on dit ‘’libre circulation’’ des hommes et des marchandises, des biens et des personnes mais pour le cacao, l’anacarde, non ça reste ici, c’est l’Etat qui fixe le prix, L’Etat est le seul acheteur vendeur. Ce n’est pas bon », conclut-il.


 
 

Paula K. avec Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

 

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1733920 : 1.65 mb
MEMORY : 1510336 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.