Publicite

Jean Julia (Sap) : "L’économie numérique est le premier moteur de la croissance en Côte d’Ivoire"

Au dire du directeur des technologies et des systèmes d’information au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Aboubakar Coulibaly, le bilan d’Africa code week 2016 a été largement positif.

Publicite
Selon Jean Julia, vice-président en stratégies et expert-chef en produit chez Sap (entreprise de Technologie), l’intégration de l’économie numérique dans le système éducatif  est source de compétitivité et d’emploi. Il s’exprimait lors de la cérémonie d’ouverture d’une formation des formateurs ce mercredi 20 septembre 2017, à Abidjan-Treichville, en prélude à la troisième édition d’Africa code week prévue du 18 au 25 octobre 2017. Et organisée par Sap, l’Unesco, le Cape Town science centre et le Galway éducation centre en partenariat avec la Fondation Life Builders.

« Il est donc vital de donner aux jeunes ivoiriens les outils de programmation en informatique pour réussir dans le futur », a indiqué le chef de la délégation Sap, d’où cette formation des formateurs qui consiste à apporter aux enseignants des rudiments sur le logiciel scratch, afin que ceux-ci soient à mesure de dispenser des cours de programmation  aux enfants pendant la semaine de code en Afrique (Africa code week 2017). Le logiciel Scratch, dit-il, est un outil plus adapté aux enfants, car il favorise un apprentissage ludique afin de développer une passion pour l’informatique chez les jeunes.

L’objectif pour 2017 est de former plus de 500.000 jeunes africains à travers 35 pays dont la Côte d’Ivoire et 5 millions de jeunes africains d'ici 2025. Mieux, que l’apprentissage du code soit une des matières fondamentales de l’enseignement partout en Afrique, dans le futur.

Pour Jean Julia, « l’économie numérique est le premier moteur de la croissance en Côte d’Ivoire depuis 2015. C’est le premier pourvoyeur d’emploi. Donc en matière d’enseignement, il est primordial d’intégrer la formation au code, comme une des matières fondamentales de chaque jeune ivoirien ».

Au dire du directeur des technologies et des systèmes d’information au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique  et de la Formation professionnelle, Aboubakar Coulibaly, le bilan d’Africa code week 2016 a été largement positif. Parce que l’opportunité a été donnée à des milliers d’enfants d’apprendre la programmation. Une initiative qui a permis d’améliorer les résultats scolaires dans les établissements sillonnés. « La question des compétences pour le 21e siècle est capitale. Il faut donner aux enfants l’esprit critique, l’esprit d’analyse, l’esprit de résolution des problèmes à travers l’usage informatique. De sorte que lorsqu’ils ont un diplôme, ils ne puissent pas rester inactifs », a-t-il indiqué.

Kamagaté Issouf
issouf.kamagate@fratmat.info
Fratmat.info
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1741464 : 1.66 mb
MEMORY : 1512368 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.