Publicite

La collaboration scientifique sino-africaine est en plein essor (INTERVIEW)

NAIROBI, 4 septembre (Xinhua) -- La Chine a fait de son partenariat stratégique avec les pays africains en matière de science, de technologie et d'innovation une priorité afin de répondre aux défis socioéconomiques et écologiques que connaît ce continent, ont déclaré lundi des responsables à Nairobi.
Publicite

Cao Jinghua, directeur général du Bureau de la coopération internationale à l'Académie chinoise des sciences, a déclaré que l'éducation, la science, la technologie et la culture restaient les piliers essentiels du dialogue de Beijing avec les pays africains.

"Nous soutenons la formation de jeunes scientifiques africains pour poursuivre l'étude dans les domaines couvrant l'environnement, l'agriculture, la santé et la gestion des eaux. Leur expertise est nécessaire pour promouvoir le développement de leurs pays de naissance", a déclaré M. Cao.

Le responsable s'exprimait à Xinhua en marge d'une conférence sur le climat, les écosystèmes et les implantations humaines à Nairobi, qui réunissait des dizaines de scientifiques chinois et africains.

Lors de ce forum, les scientifiques d'Afrique et de Chine ont débattu de nouvelles stratégies susceptibles de promouvoir la croissance écologique et le développement durable sur le continent.

L'Académie chinoise des sciences, co-parrain de ce forum de discussion, est prête à aider la nouvelle génération de scientifiques africains à améliorer leurs compétences techniques et leur capacité d'innovation, a commenté M. Cao.

"Nous avons recruté plus de 250 étudiants africains qui poursuivent des études supérieures en sciences naturelles en Chine. Ce dont l'Afrique a besoin est d'une abondance de talents scientifiques pour propulser son programme de développement durable", a souligné M. Cao.

Il a révélé qu'une entreprise en collaboration entre l'Académie chinoise des sciences et des instituts de recherche chinois avait permis de répondre à des manques de compétences dans plusieurs disciplines essentielles comme la médecine, l'ingénierie et l'agriculture.

"Nous facilitons la formation de jeunes scientifiques africains dans des institutions chinoises et ils retournent dans leur pays pour appliquer leurs compétences dans des domaines variés comme la gestion des ressources naturelles, la santé et l'agriculture", a souligné M. Cao.

Des dizaines de présidents d'universités africaines éminentes se sont récemment rendus en visite à l'Académie chinoise des sciences pour explorer les domaines de collaboration potentiels, a-t-il révélé.

Feng Feng, directeur général du Bureau de la coopération internationale au sein de la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine, a indiqué que Beijing ne reviendrait pas sur son soutien au programme écologique de l'Afrique.

"Nous avons investi des ressources énormes pour soutenir la construction de capacités et la recherche dans des domaines aussi divers que les changements climatiques, la préservation des écosystèmes, et la gestion des déchets solides et des produits chimiques en Afrique", a-t-il dit.

Les scientifiques africains pourraient prendre exemple sur leurs homologues chinois dont l'expertise dans la mobilisation d'innovations locales pour répondre aux défis écologiques et de santé est bien établie, a-t-il ajouté.

Xinhua

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1700368 : 1.62 mb
MEMORY : 1485496 : 1.42 mb