Triturateurs et égreneurs s'accordent pour la transformation locale du coton en Côte d'Ivoire

Les triturateurs et égreneurs se sont accordés, lundi, à Abidjan avec la signature d'un accord-cadre sous l'égide du gouvernement ivoirien pour la transformation locale du coton.

Cet accord a été signé entre les sociétés de trituration que sont Olheol Industries et Cotraf ainsi que des égreneurs que sont la Compagnie ivoirienne pour le développement des textiles (CIDT), Ivoire Coton, la Compagnie ivoirienne de coton (COIC) et la Société d'exploitation cotonnière de Ouangolo (SECO). 

Signé en présence du ministre de l'industrie et des mines, Jean-Claude Brou, cet accord définit les conditions générales de cession de graine de coton aux industries locales de trituration au cours de la campagne cotonnière 2015-2016.

Ainsi, rapporte une note d'information du ministère de l'industrie et des mines, les sociétés cotonnières consentent à livrer aux industries locales de trituration une quantité globale de 120 000 tonnes de graines de coton à raison de 70 000 tonnes à Olheol et 50 000 tonnes à Cotraf.

Dans son intervention, le ministre Jean-Claude Brou a salué "cet accord important qui s'inscrit dans la politique de relance de ce secteur à travers la transformation locale de 100% de l'ensemble de la production nationale du textile et de l'anacarde". Il a également noté que "cette industrialisation sera une valeur ajoutée à l'économie nationale et participera à la création d'emplois".

S'agissant de l'application de cet accord, le Président du Conseil coton anacarde, Malamine Sanogo a rassuré les différentes acteurs. "Je voudrais rassurer les égreneurs que nous allons vraiment prendre toutes les dispositions pour sécuriser leurs remboursements et je voudrais aussi rassurer les triturateurs que nous allons prendre aussi des dispositions pour que les dispositions pertinentes de cet accord soient respectées", a-t-il dit. 

Pour M. Sanogo, les collaborations entre les acteurs de la filière, notamment les triturateurs, les filateurs etc , "va permettre non seulement de créer de la valeur ajoutée dans notre pays mais aussi augmenter le nombre d'emplois et donc participer à la réduction de la pauvreté". "C'est l'un des éléments clés de la durabilité de la filière coton", estime la patron de la filière coton anacarde.
 
 LS/APA 

Laisser un commentaire

PEAK : 1723784 : 1.64 mb
MEMORY : 1518112 : 1.45 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.