Publicite

Abobo-Baoulé: L’EPP Sadjro Danho Pierre en démolition en pleine année scolaire

Un bulldozer a entamé, ce mercredi 02 décembre, sous une forte escorte policière, la démolition de l’École primaire publique (Epp) Sadjro Danho Pierre dans le village d’Abobo Baoulé dans la commune d’Abobo. Cette école, il faut le signaler, compte plus de 2000 élèves et 35 enseignants de l’école. Parmi ces élèves, les plus célèbres figure l’écrivain Aké Loba.

Bâtie en 1934, sa démolition serait le fait d’un particulier répondant au nom de Kan Sié qui détiendrait des documents certifiés par les services du ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme.

Informé de la situation, le Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (Midd) a aussitôt dépêché Kouakou Kouakou Arsène sur les lieux.  « Nous demanderons à ce que les cours s’arrêtent dans cet établissement jusqu’à ce que le gouvernement trouve une solution (…) Si rien n’est fait au plus vite, une grande grève sera déclenchée dans l’Inspection de l’enseignement primaire (Iep) Dokui qui pourrait s’étendre sur le plan national », a-t-il prévenu.

Mme Glu Véronique, directrice de l’école II explique que c’est aux environs de 8 heures qu’elle a vu arriver un bulldozer escorté par un détachement d’une quarantaine d’agents des forces de l’ordre.
Pour M. Aké Aké Bété, adjoint au directeur de l’école IV, « c’est un acte criminel de démolir une école primaire publique en pleine année scolaire et jeter les enfants et des enseignants dans la rue. »

Au nom de la notabilité, Mobio A. Albert, porte- parole de la chefferie a tenu à exprimer toute sa stupéfaction. « Nous sommes surpris par une telle attitude du ministère de la construction à travers la direction du cadastre qui peut autoriser un tel acte », a-t-il fait remarquer. Avant d’expliquer que cette affaire s’apparente à une cabale bien orchestrée.

Appelé d’urgence par les enseignants, M. Mobio confirme : « A notre arrivée, la clôture de l’école était déjà démolie. Et le bulldozer fonçait sur les habitations des enseignants battis à l’arrière-plan. Heureusement, que l’engin a été stoppé grâce à l’intervention des éléments du 34ème arrondissement ». Avant de menacer : "Nous les attendons de pied ferme parce que nous ne comprenons pas pourquoi on détruit une école publique et le gouvernement ne dit rien".

Selon Djibénou Olivier, commissaire juridique de la chefferie c’est en 2011 qu’un dénommé Kan Sié a obtenu une lettre d’attribution à usage d’habitation sur une superficie de 9600 m2 où est bâtie l’école. Ce qui lui a donné droit à un arrêté de construction provisoire, puis un certificat de propriété foncier.

Étant alors propriétaire privé, il aurait revendu le terrain. C’est donc l’acquéreur qui veut entrer en possession de son terrain. Cependant, ce qu’il ne comprend pas, c’est l’attitude des agents du cadastre qui devraient effectuer une visite du terrain pour voir si oui ou non l’espace devrait être déclassé.

Pour sa part, la direction de l’urbanisme contactée a fait savoir qu’elle n’a jamais autorisé un morcellement ou un reclassement de l’école. Egalement, le domaine urbain fait état de ce que les documents en possession de M. Kan Sié ne sont pas reconnus au ministère de la construction.

Fratmat.info
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1741000 : 1.66 mb
MEMORY : 1511888 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.