Publicite

Adama Bictogo, catégorique : « Le 27 janvier, quand le congrès finit le 26, tu n’es pas RHDP, tu libères le plancher »

« Le 27 janvier, quand le congrès finit le 26, tu n’es pas RHDP, tu libères le plancher », tels sont les propos tenus par Adama Bictogo, lors de la présentation du pagne pour le congrès du 26 janvier 2019.
Publicite


Cette déclaration s’adresse évidemment, en premier lieu, à Guillaume Soro, Mabri Toikeuse, certains cadres du PDCI-RDA, ainsi qu’à leurs suites.

« Pourquoi vous allez vous battre et d’autres vont manger les fruits de votre travail ? »

Au cours de la cérémonie de présentation du pagne du congrès du RHDP, prévu le samedi 26 janvier 2019, Adama Bictogo est revenu sur ses menaces à l’endroit de Guillaume Soro, Mabri Toikeuse et tous les politiciens alimentaires du même acabit, pour emprunter l’expression à la Ministre Kandia Camara.

Le financier du régime a affirmé, du haut de sa chaire, en prenant en exemple le nettoyage au PDCI-RDA, que : « le 27 janvier, quand le congrès finit le 26 janvier, tu n’es pas RHDP, tu libères le tabouret. Tu es député, mais dès lors que tu es président d’institution, si tu n’es pas RHDP, tu libères le plancher. Tu es conseiller économique, si tu n’es pas RHDP, tu libères le tabouret. C’est ça la clarification. Pourquoi vous (parlant aux militants RHDP) vous allez vous battre et d’autres vont manger les fruits de votre travail. ».

Voilà qui est dit, il s’agit donc davantage d’une affaire de « manger les fruits » entre membres du RHDP... La logique voudrait alors que celui qui ne se sent plus à l’aise au RHDP, rende le tabouret au lieu de l’occuper quand d’autres attendent pour s’asseoir et manger à leur tour. Le discours d’Adama Bictogo est sans équivoque. Les personnes pointées du doigt se reconnaitront à travers les fonctions évoquées.

Quand Adama Bictogo se fait le porte-voix du pouvoir

Ces derniers jours, Adama Bictogo répète, à qui veut l’entendre, qu’à partir du 26 janvier 2019, tous les RH « deux pieds » (un pied au RHDP et un autre au PDCI ou au RACI) devront rendre obligatoirement le tablier, sinon pour assumer leurs choix politiques, du moins pour être conséquents avec eux-mêmes.

En revenant sur ses propos, le président du comité d’organisation du congrès RHDP, laisse transparaître la volonté du pouvoir d’Abidjan de fermer le robinet à tous ceux qui ne s’engageront pas résolument à ses côtés pour la marche vers 2020.

Mais ces menaces risquent de ne faire ni chaud ni froid aux concernés, au premier rang desquels Guillaume Soro. La semaine dernière d’ailleurs, répondant à Adama Bictogo, le député de Ferké avait affirmé qu’il n’est pas homme à se laisser intimider par un gringalet.

Malheureusement tout le monde n’a pas le même poids politique et militaire que le PAN en Côte d’Ivoire. L’on pense à tous ces hauts fonctionnaires, à ces directeurs généraux, à ses députés de seconde zone qui pourraient subir une forte pression au lendemain du 26 janvier, s’ils ne prennent pas la carte du RHDP.

La carte RHDP deviendra-t-elle une sorte de marque « 666 », sans laquelle il ne serait plus possible, en Côte d’Ivoire, de faire ou d’être quoique ce soit ?

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1726504 : 1.65 mb
MEMORY : 1501304 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.