Administration publique/Ouattara: ‘’L’organisation des concours va être examinée de manière plus pointue’’

Le Chef de l’Etat a réceptionné, hier, au Palais présidentiel, les rapports d’activités 2016 et 2017 de l’Inspection générale d’Etat. Ton grave, menaces… Il a annoncé un remaniement ministériel dans quelques semaines.

En réponse à la présentation résumée, hier, au Palais présidentiel, de l’Inspecteur général d’Etat sur les rapports d’activités 2016 et 2017 de l’institution – des rapports pas fameux, disons-le tout net – l’intervention du Président de la République a été sans ambages. Point après point, Alassane Ouattara, visiblement pas très content à cause de ce que révèlent les rapports, sur un ton grave, a annoncé des mesures vigoureuses.

En effet, le rapport d’Ahoua N’Doli a clairement montré de sérieuses défaillances au niveau des ressources humaines dans les administrations publiques. Notamment des nombres pléthoriques de travailleurs dans les ministères et un faible niveau de compétence du personnel. Pour le Chef de l’Etat, il y a un lien direct entre cette situation déplorable et la manière dont ces personnes accèdent à l’administration.

« J’entends dire que les gens achètent les places dans les concours administratifs. J’ai demandé au ministre de la Fonction publique que j’ai rencontré à mon retour du Rwanda, qu’il n’hésite pas à mettre fin aux fonctions de tous les chefs de services impliqués dans de telles pratiques. Désormais, l’organisation des concours, surtout ceux concernant le recrutement des agents de l’éducation et de la santé, va être examinée de manière plus pointue », a déclaré le Président de la République. Comme quoi, indiquait-il à l’Inspecteur général d’Etat, «vos rapports seront suivis d’effet».

Bientôt un remaniement ministériel

Le rapport d’Ahoua N’Doli, nommé le 14 juillet 2017 à la tête de l’institution, révèle également une non-conformité entre les organigrammes existant de certaines structures de l’Etat avec les textes réglementaires.

Pour le Chef de l’Etat, «c’est inacceptable !». «J’ai demandé d’ailleurs au Premier ministre de faire en sorte qu’il y ait un contrôle de la mise en œuvre des inspections. Je lui ai indiqué que dans quelques semaines, il y aura un remaniement ministériel. Et à cette occasion, je demanderai que les effectifs, en dehors des cabinets, restent inchangés. Ce, afin de permettre de faire un audit des effectifs dans chaque ministère. Parce qu’il est important de s’assurer que les nominations sont conformes à l’organigramme  et aux résultats que nous voulons atteindre», a-t-il annoncé.

Indexant par exemple, les services de communication dans les ministères qui, selon le Chef de l’Etat, ne font pas bien leur travail. «Nous voyons souvent de fausses informations sur les réseaux sociaux. Et les cellules de communications des ministères ne réagissent pas. Cela montre que ces personnes ne travaillent pas, ou bien qu’elles ne se préoccupent pas», a-t-il déploré.

Tout n’est pas que négatif

Malgré ces vives remarques, le Président de la République croit tout de même en son administration. Car, malgré tout, la Côte d’Ivoire continue d’afficher de bons résultats macro-économiques. Des résultats qui dénotent l’efficacité de l’administration. « Malgré tous les événements qu’on a pu connaître l’an dernier – les grèves, la baisse drastique du cours du cacao – notre économie a enregistré un taux de croissance de 7,8% en 2017. Ce qui nous classe parmi les trois pays ayant les plus forts taux de croissance en Afrique. Cela est dû à l’efficacité de l’administration et au leadership du Premier ministre que je félicite », s’est félicité Alassane Ouattara.

La présente remise de rapports d’activités vient exactement une semaine après celle de la Cour des Comptes. Toute chose qui traduit, selon le Chef de l’Etat, sa détermination à enraciner la bonne gouvernance dans les affaires de l’Etat. «La question de la bonne gouvernance constitue l’une de mes priorités. A l’instar de la justice, des droits de l’homme et de la modernisation de l’administration. Il est nécessaire que cette question, qui constitue un impératif pour le développement durable et inclusif, soit inscrite dans les habitudes de nos compatriotes et, de manière particulière, ceux qui ont la charge de la gestion des affaires publiques», a-t-il indiqué.

Il faut un peu plus de moyens à l’Inspection générale d’Etat, en tant qu’organe supérieur de contrôle et d’audit interne de l’exécutif, pour qu’elle parvienne à accomplir de manière plus optimale sa tâche, selon Ahoua N’Doli. Le Chef de l’Etat l’a noté, lui aussi. C’est pourquoi il a appelé les ministères à lui venir en aide.

FAUSTIN EHOUMAN
Fratmat.info

Laisser un commentaire

PEAK : 1732808 : 1.65 mb
MEMORY : 1528384 : 1.46 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.