Affrontement hier à l'Université Félix Houphouët Boigny: "c'était de la désolation !", voici le résultat (...)

Les cours ont été à nouveau pertubés du fait d'unième "clash" entre étudiants et forces de l'ordre à l'Université Felix Houphouet Boigny (Ufhb) de Cocody.


La matinée d'hier lundi 18 juillet a été mouvementée par des affrontements entre les étudiants et les forces de l'ordre.

Selon les explications recueillies sur place, la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci) aurait décidé de maintenir une grève qui serait "non accordée" par les tenants du temple du savoir (campus). Les policiers étaient donc présents pour maintenir l'ordre.

La situation a dégénéré, quant on connait les relations difficiles entre étudiants et forces de l'ordre dans le pays, surtout depuis la mort d'un étudiant handicapé renversé par une voiture de police. Les policiers utilisent du gaz lacrymogène pour disperser la foule mais se heurtent à ces deriners qui répliquent avec des pierres.

Résultat, plusieurs dommages sont constatés notamment plusieurs blessés dans le rang de chaque partie (policiers et étudiants), des véhicules incendiés et d'autres à vitres fractionnées (...). Des bureaux ont été également saccagés, des matértiels de la scolarité centrale emportés. Telle est la triste réalité qu'a vecu l'Université Félix Houphouët. 

La grève n'est cependant pas le seul motif de ces affrontements. En effet, la Fesci digère mal le fait que le "Conseil de l'université Félix Houphouët Boigny de Cocody ait suspendu en son sein toutes les activités des syndicats d’étudiants" suite au lynchage manqué de plusieurs autorités lors d'une marche en honneur de l'étudiant décédé dans l'accident.

Outre cet état de fait, les syndicats qui avaient demandé le retrait des forces de l'ordre sur les campus ont vu leurs requêtes refutées par les autorités universitaires.

Selon des personnes que nous avons pu interroger en sein du l'Ufhb, "l'attaque de l'amphitéâtre du district, hier serait dû à la tenue des activités de l'Académie des sciences, des arts, des cultures d'Afrique et des diasporas africaines (ASCAD) dans ledit amphi", alors que leur révendication quant à l'insuffisance d'amphis pour les cours n'est toujours pas satisfaite.

Aussi, soulèvent-ils la question du "relogement des étudiants qui se veraient vider des résidences universaires les mois prochains au détriment des jeux de la Francophonie de 2017" qui se tiendront en Côte d'Ivoire.

Pour cause, les cours sont inopinement suspendus sur le campus vue la tension y règne en attendant que l'ordre reviennent.

Penouel D. / Akody.com 

Laisser un commentaire

PEAK : 1738320 : 1.66 mb
MEMORY : 1531016 : 1.46 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.