Autorité du bassin Comoé-Bia-Tanoé : Le comité des experts échangent sur le développement sous-régional

A en croire le colonel Mé Kouamé la rencontre de ce jour est "un acte de développement sous régional confirmé".

Une gestion durable, équitable et concertée des ressources en eau et de l’environnement du bassin de la Comoé-Bia-Tanoé. C’est l’objectif auquel veut aboutir le comité technique des experts de l’Autorité du bassin Comoé-Bia-Tanoé (Abcbt), rassemblé ce mercredi 25 avril, à Abidjan Marcory, pour une réunion technique préparatoire  en prélude à la réunion constitutive des ministres prévue le lendemain, à Ivotel (Abidjan-Plateau).

Selon le ministère des Eaux et Forêts, l’Abcbt s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du processus régional de la Gestion intégrée des ressources en eau (Gire) en Afrique de l’ouest, adopté en mars 1998 et dénommé « la déclaration de Ouagadougou sur le Gire ».

« Cet évènement est assez important. Parce qu’il y a quelques mois le ministère des Eaux et Forêts s’est réorganisé et a créé en son sein la direction générale des ressources eaux. Ce faisant le secteur de l’eau va prendre de plus en plus de l’importance. La deuxième chose, les fleuves dont il est question (Comoé Tanoé Bia) sont partagés par des pays frères de la sous régions (Mali, Ghana Burkina Faso, Côte d’Ivoire) », a expliqué le directeur de cabinet adjoint du ministre des Eaux et Forêts Me Kouamé Martial. En effet, sur une superficie cumulée de 104800 km2 de ce bassin, la Côte d’Ivoire a une marge de 61%, suivie du Ghana (21,5%), le Burkina Faso (16,1% ) et le Mali (0,7%).

A en croire le colonel Mé Kouamé la rencontre de ce jour est "un acte de développement sous régional confirmé". Car, affirme-t-il, à travers  la gestion des bassins de tous ces fleuves-là, c’est un développement intégré qui va s’amorcer, notamment le développement intégré par rapport aux ressources en eau, par rapport à la résilience et  au changement climatique. « En tout cas les populations que ces pays-là gèrent ont besoin que leur quotidien soit amélioré. Et à travers les projets que nous aurons ensemble, à travers ces fleuves là, permettront effectivement d’apporter des solutions concrètes aux préoccupations des populations », poursuit-il.

Cependant, ces solutions ne peut se faire sans un cadre de gouvernance appropriée, choses qu’a souhaitées le directeur général des ressources en eau, colonel Ehoussou Nianzou Jean Baptiste. Ces solutions nécessitent  également la participation des partenaires techniques et financiers. D’où leur présence à ces assises, avec pour représentant Amadou Hama Maïga. Ce dernier a rappelé que son institution a toujours accompagné la Cedeao dans la réalisation de ses chantiers, comme le programme de Gestion intégrée des ressources en eau (Gire) qui est à l’origine de la mise en place de l’Autorité du bassin Comoé-Bia-Tanoé (Abcbt).

Le Conseil des ministres relatif à ce bassin qui se tiendra le mercredi 26 avril traitera les sujets portant sur le projet de convention relatif au statut des fleuves Comoé-Bia-Tanoé et la création de l’Abcbt, le projet de statuts de l’Autorité, les textes organiques et la feuille de route. La Côte d’Ivoire devra abriter le siège provisoire de l’Autorité en attente de a construction définitive du local, selon les recommandations.

Kamagaté Issouf
issouf.kamagate@fratmat.info

Laisser un commentaire

PEAK : 1731616 : 1.65 mb
MEMORY : 1522856 : 1.45 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.