Publicite

Bouaké / Olhéol Industrie : Les agents réclament le paiement plus de 2 ans d'arriérés de salaires

Les agents d'Olhéol Industrie Côte d'Ivoire de Bouaké ont manifesté le mardi 29 janvier 2019 devant l'usine pour réclamer plus de 2 ans d'arriérés de salaires. Ils étaient nombreux et attendaient selon eux, ''le nouvel acquéreur pour lui faire part de leur situation''. 
Publicite

Depuis plus de 2 ans, les travailleurs de cette unité de fabrication d'huile de consommation à base de graine de coton sont sans travail parce que l'État de Côte d'Ivoire n'aurait pas respecté l'engagement pris depuis 2009, date de la réouverture de cette usine. 

Koné Zanga, directeur projet restructuration de l'industrie Olhéol  et représentant le directeur général revient sur la réouverture de cette usine qui a subi, à l'instar des autres usines, les conséquences de  la rébellion de 2002 à Bouaké. 

"Nous sommes dans une situation confuse que nous ne comprenons pas. Olhéol industrie a été bâtie sur les cendres de l'ex Trituraf avec l'accord de l'État de Côte d'Ivoire, depuis 2009, notamment le cabinet de la présidence de la république de Côte d'Ivoire de l'époque.

Quand les promoteurs devraient acheter l'usine, l'État, au temps du président Laurent Gbagbo, leur aurait promis la garantie de la matière première qui est la graine de coton. En retour, les promoteurs devaient non seulement reconduire tout l'ancien personnel, mais aussi payer deux mois de salaires aux employés restés sans salaires depuis des mois.

Cet engagement a été respecté par les promoteurs, mais l'État  n'a jamais respecté son engagement qui est d'assurer la garantie des graines de coton. Aujourd'hui, l'entreprise a des difficultés financières parce qu'elle n'arrive pas à avoir des niveaux suffisants d'approvisionnement en matière première pour travailler", a expliqué M.Koné.

Cette sécheresse financière à Olhéol a entraîné l'endettement de cette usine qui n'arrive plus à travailler convenablement afin de payer les travailleurs et autres partenaires à qui elle doit. Olhéol Industrie est assignée en justice par la BACI à qui elle  doit des centaines de millions de francs CFA.

"C'est vrai qu' OLHEOL Industrie doit 365 millions de franc CFA à la Banque Atlantique de Côte d'Ivoire ( BACI), mais  la BACI a fait une saisie  sur l'acte de nantissement de fonds de commerce étendu aux matériels professionnels qui est caduque pour justifier la vente des biens. L'usine est là, elle ne fuit pas, il aurait fallu attendre la fin des procédures en appel pour procéder à la vente", s'est plaint  le directeur projet restructuration de l'industrie Olhéol  Koné Zanga.

Les travailleurs que nous avons rencontrés se posent plusieurs questions sur la situation d'Olhéol Industrie. "Qui a racheté l'usine ? à quelles conditions et que gagnons-nous ?", des questions qui restent pour l'heure sans réponses puisque ni les travailleurs, ni M.Koné de la direction ne connait le où les nouveaux propriétaires de l'usine Olhéol Industrie.

Pour l'heure, les plus de 150 travailleurs sont à la maison, réfléchissant à leur situation de travail.

Paula K. avec M.K.Arnaud, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1711464 : 1.63 mb
MEMORY : 1488392 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.