Publicite

Côte d’Ivoire : Après le BAC Whatsapp, place au BTS Whatsapp ?

Court-on vers la dévalorisation de tous les diplômes du système éducatif ivoirien ? C’est le scenario catastrophique qui se profile à l’horizon. Après le BEPC et le BAC par texto et Whatsapp, l’on nous apprend que le BTS par Whatsapp est en bonne voie. Vendredi 7 septembre 2018, dernier jour des épreuves écrites, un cas de fraude par le biais de la messagerie Whatsapp, a été signalé dans un centre de composition à Marcory.

Une candidate refuse de cautionner la fraude

Vendredi soir, à l’issue de la dernière épreuve du Brevet de Techniciens Supérieurs (BTS) 2018, une candidate du centre de composition Groupe Loko la Fontaine de Marcory, aurait manqué de se faire lyncher par ses camarades. Quelle en est la cause ?

Selon l’informatrice, la candidate en question refusait de participer à la fraude massive organisée dans sa salle, le numéro 20, depuis le lundi 3 septembre. A maintes reprises, elle aurait décliné l’offre de se faire aider moyennant de l’argent. Tandis que ces camarades paniquaient et sortaient les billets à chaque épreuve, pour avoir accès à leur téléphone, cette candidate serait restée imperturbable, sous le regard foudroyant des surveillants et de ses camarades. Les choses se sont gâtées le dernier jour de la composition. Cet après-midi du vendredi 7 septembre 2018, la candidate a persisté dans son indifférence face à la corruption, menaçant même d’en toucher un mot aux autorités compétentes comme le directeur du centre était lui-même trempé dans cette vaste fraude. Cet après-midi du vendredi 7 septembre, tous les candidats ont payé, encore une fois, la somme règlementaire pour recevoir, de leurs surveillants, le corrigé des épreuves qui leur parvenaient on ne sait d’où. A la fin de la dernière épreuve, alors qu’elle s’apprêtait à s’en aller, les autres étudiants de la salle 20 l’aurait prise à partie. Elle a été sauvée du lynchage et extirpée de la foule par des personnes qui avaient encore le bon sens.

Que fait le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ?

Tout se passait, en fait, comme si c’était elle qui n’était pas dans les normes, elle qui commettait un flagrant délit. La candidate a été violentée juste parce qu’elle a osé dénoncer la mascarade qui s’était opérée sous ses yeux, mascarade à laquelle aurait pris part tout le personnel du centre, y compris le directeur. Ce cas de fraude ne serait pas isolé, encore moins nouveau car, l’année dernière, de semblables tricheries avaient été dénoncées, en vain. Le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique ne devrait-il pas demander des comptes au directeur du centre de composition, aux superviseurs et aux surveillants ? En tout cas M. le Ministre Albert Mabri Toikeusse a le devoir de faire toute la lumière sur ces faits scandaleux pour sauver la crédibilité de notre BTS. Sans quoi, après le BAC Whatsapp déjà certifié, l’on parlera du BTS Whatsapp.

Et on pourra dire, à regret, en montrant l’application de messagerie Whatsapp : « Ci-git l’école ivoirienne ».

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1717624 : 1.64 mb
MEMORY : 1501240 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.