Publicite

Côte d’Ivoire : bientôt une bourse des matières premières agricoles en Afrique de l’Ouest

Le projet de création d’une Bourse des matières premières agricoles avance en Côte d’Ivoire. REUTERS/Luc Gnago

Le projet de création d’une Bourse des matières premières agricoles avance en Côte d’Ivoire. Le projet a démarré en juillet 2018 et la BMPA devrait commencer ses activités très prochainement. Le ministre ivoirien de l‘Agriculture a visité, il y a une semaine (le 28 juillet) les locaux où seront centralisées les cotations virtuelles, au siège de la Bourse régionale des valeurs mobilières de l’UEMOA à Abidjan.   
Publicite

Avec la création d’une bourse des matières premières agricoles, il n’y aura plus de marché de gré à gré. Vendeurs et acheteurs se retrouveront virtuellement à un seul endroit pour fixer les prix de manière transparente. Edoh Kossi Amenounve, directeur général de la BRVM, la Bourse régionale des valeurs mobilières de l’UEMOA.
« Le prix est fixé en fonction de l’offre et de la demande. Et ce prix fait référence pour les producteurs, ils savent que faire leurs prévisions de recettes sur la base des prix affichés sur la bourse. »

Dans un premier temps, la BMPA démarrera avec seulement trois produits : l’anacarde, la noix de kola et le maïs. La création de cette bourse sera bénéfique pour les producteurs, selon le ministre ivoirien de l’Agriculture, Kobenan Kouassi Adjoumani.
« Avec la bourse des matières premières agricoles, nous allons permettre aux producteurs de bénéficier d’un certain nombre d’avantages. L’une des difficultés que nous connaissons en Côte d‘Ivoire, c’est que 30% de nos productions n’arrivent pas à la consommation faute de conservation. Or aujourd’hui avec la bourse, on sait où se trouvent les produits et avec les transactions qui vont être menées, ces produits peuvent être achetés au bénéfice des populations. Et je crois qu’avec cette bourse des valeurs, il n’y aura plus tellement de perte des produits agricoles. »

La bourse des matières premières agricoles va particulièrement assainir la filière de la noix de cajou, dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial.
« Avec la noix de cajou, les prix fluctuent. La bourse des valeurs va nous permettre de faire la commercialisation sans recourir aux pratiques anciennes, qui consistent à acheter le produit à moindre prix et à aller faire la commercialisation à l’extérieur. »

Et pour la noix de cajou, l’existence de la bourse des matières premières agricoles peut un jour conduire la place d’Abidjan à fixer son prix de référence au niveau mondial. Edoh Kossi Amenounve.
« Les matières premières agricoles ont besoin d’être stockées dans des entrepôts avant d’être vendues. Cela suppose que les pays qui veulent démarrer une bourse des matières premières agricoles se dotent d’un dispositif de stockage aux normes internationales et d’un système de récépissé d’entreposage, qui servira de support aux transactions sur la bourse des matières premières agricoles. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire remplit toutes ces conditions. »

La Bourse des matières premières agricoles de Côte d‘Ivoire est techniquement prête à démarrer ses activités, il reste à former les premiers opérateurs et les courtiers, identifier les stocks à négocier et trouver les banques de règlement.


Stanislas Ndayishimiy RFI

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1738704 : 1.66 mb
MEMORY : 1515792 : 1.45 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.