Publicite

Côte d’Ivoire/Bouaflé : Journée mondiale de la Radio, Radio la voix de la Marahoué disposée à lutter contre l’immigration clandestine

Le Réseau Ouest Africain de la lutte contre l’immigration clandestine (REALIC) a organisé mercredi 13 Février à Bouaflé la journée mondiale de la radio dans le cadre de ses activités de sensibilisation en présence du corps préfectoral M. Bayoto, du représentant du Sénateur Ponou Goly Faustin, du chef personnel de la Mairie Boua Kadjo Julien et de nombreux élèves des différents établissements scolaires de la région.


Cette célébration initiée en collaboration avec l’organisation du Conseil des jeunes de l’entente (OCJEE-CI) s’est articulée autour des risques liés à l’immigration clandestine. Le Réseau ouest africain de la lutte contre l’immigration clandestine entend, à travers cette action, mettre à profit la radio locale, un puissant outil de communication de proximité en vue de toucher le maximum de personnes.

Selon NDRIKO Romaric Armel point focal jeunesse, représentant la présidente du Réseau ouest africain de la lutte contre l’immigration clandestine (REALIC) Florentine DJIRO : « Ces dix (10) dernières années, les jeunes ivoiriens tentent de plus en plus de rallier l’Europe par des voies non officielles. L’immigration irrégulière est devenue pour la Côte d’Ivoire un véritable fléau et le dire n’est pas une simple vue de l’esprit.

En effet, le pays est aujourd’hui un véritable « exportateur » de jeunes à la recherche d’une vie meilleure sur le vieux continent. Si de plus en plus de jeunes ivoiriens partent vers l’Europe, c’est bien parce que la Côte d’Ivoire compte aujourd’hui de nombreux passeurs et de réseaux de passeurs très organisés.

Ces réseaux sont si efficaces que des migrants viennent d’Afrique centrale pour bénéficier de leurs services. Les volontaires au départ avancent une raison fondamentale qui les motive à partir : le manque d’emploi et de perspective d’insertion socio-économique.

Au-delà, partir « derrière l’eau » (Europe) devient de plus en plus un véritable phénomène de mode La fièvre du départ gagne les cœurs et il ne s’agit pas seulement des jeunes démunis ou issus des quartiers défavorisés. Des salariés et fonctionnaires sont prêts à investir toutes leurs économies pour financer leurs voyages. Les autres ont le choix entre le vol, l’endettement ou le soutient de leurs familles pour immigrer.

En effet, des parents sont prêts à s’endetter pour financer le périlleux voyage de leurs enfants.

Des cérémonies de bénédiction et des sacrifices pour la réussite du voyage clandestin sont organisés avant le départ des migrants. Un rapport publié par une ONG Italienne récemment fait état de 9000 migrants ivoiriens enregistrés en Italie en 2017.

Les conséquences de ce périple mortel sont désastreuses en l’occurrence au plan humain, un peu plus d’un millier d’ivoiriens ont péri en mer et dans le désert sur les 3000 chiffre communiqué par l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) en 2018.

Ainsi, le Réseau Ouest Africain pour la Lutte contre l’Immigration Clandestine (REALIC-CI), qui est une ONG spécialisée dans la migration, entend servir de mécanisme de soutien à la stratégie de migration et développement de l’Etat ivoirien, tout en fournissant une expertise et des services efficaces à la gouvernance du secteur migratoire en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’Ouest.

Paula K. avec Natacha Kouakou, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1751528 : 1.67 mb
MEMORY : 1521600 : 1.45 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.