Côte d’Ivoire : Covid-19, début des vaccinations dès le 15 février, le Conseil des ministres ivoirien désormais bimensuel, nomination des préfets de région et de département… Voici ce qu’il faut retenir du 1er Conseil des ministres de l’année 2021

Le premier Conseil des ministres de l’année 2021 s’est tenu ce mercredi 06 janvier 2021, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat. Plusieurs décisions ont été prises au cours de cette rencontre des membres du gouvernement dont le début des vaccinations contre la Covid-19 fixé dès le 15 février, le Conseil des ministres ivoirien qui se tiendront désormais deux fois dans le mois ainsi que la nomination d’une trentaine de préfets de région et de département.   

Discours d’Alassane Ouattara au 1er Conseil des ministres de l’année 2021

Le président de la République, Alassane Ouattara, dans un discours introductif à l’occasion du premier conseil des ministres de l’année 2021 à Abidjan, a exhorté ses collaborateurs à faire preuve d’humilité et de proximité à l’endroit des populations, dans la poursuite de l’action gouvernementale.

« Au regard des importants défis à relever, je demande à tous les membres du Gouvernement de redoubler d’efforts et de faire preuve d’une plus grande proximité avec nos compatriotes qui constituent la finalité de notre action. Je demande à chacun de vous, frères et sœurs, jeunes que vous êtes, de faire preuve d’humilité et de proximité avec nos concitoyens », a déclaré M. Ouattara.

Il a demandé à chaque membre du gouvernement, « de continuer à œuvrer en faveur de la préservation de la paix et de la cohésion sociale dans notre cher pays, (…). Il a renouvelé sa fierté à l’ensemble de son gouvernement, à qui il a souhaité une très bonne et heureuse année 2021.

Se félicitant du dialogue politique mené par le Premier ministre, Hamed Bakayoko, le président de la République a estimé que les conclusions des discussions inclusives qui se sont tenues du 21 au 29 décembre 2020, dans le cadre de ce dialogue, permettront l’organisation d’élections législatives ouverte, transparente et apaisée, le 6 mars 2021.

Le Premier ministre a proposé au Président de la République la réorganisation du processus de décision au niveau gouvernemental afin d’améliorer la qualité du travail, d’accélérer le traitement des dossiers dans la perspective de résultats plus satisfaisants et plus rapides au profit des populations.

La tenue du Conseil des ministres ivoirien désormais bimensuelle

Le Conseil des ministres ivoirien se réunira désormais deux fois dans le mois, a annoncé le porte-parole du gouvernement Sidi Touré. Le Chef de l’Etat a, sur proposition du Premier ministre, Chef du Gouvernement, Ministre de la Défense, autorisé la tenue bimensuelle du Conseil des ministres.

 « Ainsi, désormais, le Conseil des ministres se réalisera de façon bimensuelle», a déclaré M. Sidi Touré, annonçant le prochain Conseil des ministres pour le 20 janvier 2021 et le suivant le 3 février 2021. Jusque-là, ce Conseil des ministres se tenait de façon hebdomadaire.

Pour « gagner davantage en rigueur et en efficacité », M. Hamed Bakayoko a expliqué que le gouvernement veut « travailler à réduire les délais de traitement des dossiers, en particulier les passations des marchés, les délais d’ordonnancement et de paiement ».

« Nous devons tout mettre en œuvre pour lever tous les blocages administratifs au dénouement des dossiers (..) Notre réponse aux préoccupations de nos compatriotes doit être rapide, claire, efficace et concrète », a-t-il lancé à l’endroit des ministres.

A cet égard, le Premier ministre a suggéré « la tenue chaque quinzaine d’un Conseil de gouvernement consacré au suivi des dossiers importants en instance, je voudrais dire en souffrance », a-t-il dit, ajoutant que « les travaux de ce Conseil seront présentés en Conseil des ministres pour décision ».

Covid-19, début des vaccinations dès 15 février

En Côte d’Ivoire, le gouvernement lance une campagne de vaccination contre la Covid-19 dès le 15 février 2021 avec 200 000 doses. « Le Conseil a instruit le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique ainsi que l’ensemble des ministres concernés à l’effet de prendre toutes les mesures idoines en vue d’acquérir dans un premier temps 200 000 doses de vaccins », a dit M. Sidi Touré.

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, a souligné que cette opération vise « une population cible estimée à 100 000 personnes vulnérables ou exposées afin de démarrer la campagne de vaccination dès le 15 février 2021 ».  

Dans l’optique de renforcer la lutte contre la pandémie de la Covid-19, la Côte d’Ivoire a adhéré au mécanisme de financement Covax de Gavi afin d’accélérer la production et de réserver des vaccins contre la Covid-19.

Le pays a, en outre, mis en place une stratégie devant permettre à toutes les franges de la population d’avoir accès à des masques de protection de qualité, notamment des masques lavables certifiés qui devraient être déployés dans les officines de pharmacie.

Les populations pourront avoir accès à ces masques avec « une contribution de 1 000 Fcfa pour un paquet de trois masques par mois et par personnes », a fait savoir le porte-parole du gouvernement, Sidi Touré.

Depuis trois mois, la Côte d’Ivoire enregistre un taux de positivité de Covid-19 inférieur à 5% qui est le seuil en dessous duquel il est permis de déclarer que l’épidémie est sous contrôle. Cependant, ces dernières semaines, le pays connaît une augmentation du nombre de cas de la maladie.

La Côte d’Ivoire a enregistré du 29 décembre 2020 au 4 janvier 2021, 624 nouveaux cas positifs avec un taux moyen de positivité de 6,3%, au-dessus de 5%. Et durant cette période, « nous avons déploré 5 décès », a relevé M. Sidi.

Cette tendance à l’augmentation du nombre de cas observés ces derniers jours serait liée notamment à l’arrivée de vacanciers venant d’Europe, aux rassemblements des fêtes de fin d’année et au non-respect du port de masque et des autres mesures barrières, a-t-il poursuivi.

Mise en œuvre de l’ECO

Le Conseil a adopté un projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier l’Accord de Coopération entre les Gouvernements des Etats membres de l’Union Monétaire Ouest-Africaine et le Gouvernement de la République française, dans le cadre de la mise en œuvre de la monnaie unique (ECO) dans la région Ouest-Africaine, signé le 21 décembre 2019 à Abidjan. Cet accord de coopération monétaire vise à préserver les paramètres économiques clefs de stabilité monétaire et de résilience de la monnaie de l’UMOA, à savoir la parité fixe de la monnaie commune avec l’Euro et le soutien apporté par la garantie de la France. En revanche, l’Accord met un terme à la centralisation des réserves de change de l’UMOA dans le Compte d’Opérations, ainsi qu’à la présence de la France dans l’ensemble des instances de gouvernance de l’Union.

La ratification de cet Accord permettra d’améliorer les échanges entre les pays membres de l’UMOA, de renforcer la stabilité et la résilience des économies et d’impulser une croissance forte durable et inclusive au niveau de la sous-région.

Coopération Côte d’Ivoire-Turquie

Le Conseil a donné son accord en vue de la ratification de l’Accord sur l’échange de terrains pour les missions diplomatiques entre le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire et le Gouvernement de la République de Turquie, signé le 29 février 2016 à Abidjan.

Conclu dans le cadre du renforcement des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays, cet accord vise plus précisément l’amélioration des conditions de travail de leurs missions diplomatiques respectives. Il prévoit, notamment, pour les deux parties, de s’attribuer réciproquement des terrains à Abidjan, à Yamoussoukro et à Ankara pour la construction de bâtiments à usage officiel de leurs missions diplomatiques.

Renforcement du financement de la lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme

Le Conseil a adopté une communication relative à l’engagement de l’Etat de Côte d’Ivoire à renforcer le financement de la lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme. En accord avec la politique du Fonds Mondial (FM) de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, le Conseil a décidé d’augmenter progressivement les dépenses afférentes à la santé publique. En dehors des dépenses relatives à la riposte contre la pandémie de Covid-19, les efforts financiers du Gouvernement seront particulièrement orientés vers l’accroissement des ressources en faveur des stratégies nationales de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme.

Les projections de financement par maladie s’établissent comme suit :

le paludisme : 17,3 milliards de Francs CFA, soit 26,4 millions d’Euros ;
le VIH : 10,8 milliards de francs CFA, soit 16, 5 millions d’Euros ;
 la tuberculose : 2,2 milliards de Francs CFA, soit 3,3 millions d’Euros.
Le cumul de ces investissements s’établit globalement à 30,3 milliards de francs CFA, soit 46, 2 millions d’Euros.

Réforme de la fiscalité applicable aux Petites et Moyennes Entreprises (PME)

Le Conseil a adopté une communication relative à la réforme de la fiscalité applicable aux Petites et Moyennes Entreprises (PME). Cette réforme s’inscrit dans le cadre de la modernisation et de la simplification du système fiscal, initiées par le Gouvernement, à l’effet d’élargir l’assiette de l’impôt pour accroître les recettes de l’Etat. Elle consiste en un dispositif fiscal plus homogène et simplifié, plus adapté aux capacités contributives et au développement des PME. Ce nouveau dispositif s’appuie sur une nouvelle catégorisation des PME, à savoir la catégorie des entreprenants, la catégorie des Micro-entreprises, la catégorie des petites entreprises et la catégorie des moyennes entreprises.

– Le Régime de l’entreprenant (RE) s’applique aux contribuables dont le chiffre d’affaires est inférieur à 50 millions de francs CFA.

– Le Régime des micro-entreprises (RME) s’applique aux contribuables dont le chiffre d’affaires est compris entre 50 et 200 millions de francs CFA.

– Le Régime du bénéfice réel simplifié d’imposition (RSI), correspondant à la catégorie des petites entreprises, s’applique aux contribuables dont le chiffre d’affaires est compris entre 200 et 500 millions de francs CFA.

– Le Régime du bénéfice réel normal d’imposition (RNI), correspondant à la catégorie des moyennes entreprises, s’applique aux contribuables dont le chiffre d’affaires est compris entre 500 millions et 1 milliard de francs CFA.

Les contribuables relevant des régimes de l’entreprenant et des micro-entreprises bénéficieront d’une imposition plus faible, comparativement au système précédent. Le coût budgétaire direct de cette réforme est estimé à 23,8 milliards de francs CFA. Toutefois, ce nouveau dispositif a l’avantage d’élargir la population des PME imposables et devrait être plus productif à moyen et long terme. Adoptée par le Parlement en 2020, cette nouvelle réforme a été instituée par la loi de finances pour l’année 2021 en son annexe fiscale.

Nomination des préfets de région et de département

Au titre du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité ; Le Conseil a adopté deux décrets :

• Le premier décret porte nomination dans les fonctions de Préfet de Région.

Ainsi, sont nommés dans les fonctions de Préfet de Région, les membres du Corps Préfectoral ci-après désignés :

– DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN Préfet du Département d’Abidjan BAMBA SOULEYMANE ;
– REGION DU BAFING Préfet de Région, Préfet du Département de Touba : WOMBLEGNON CELESTIN 
– REGION DE LA BAGOUE Préfet de Région, Préfet du Département de Boundiali : AMANI TIEMOKO 
– REGION DU BERE Préfet de Région, Préfet du Département de Mankono : GOUESSE JULES 
– REGION DU HAMBOL Préfet de Région, Préfet du Département de Katiola : KOUAME BI KALOU CLEMENT 
– REGION DE L’INDENIE-DJUABLIN Préfet de Région, Préfet du Département d’Abengourou : ASSAMOI FLORENTIN 
– REGION DE LA MARAHOUE Préfet de Région, Préfet du Département de Bouaflé : GONBAGUI GUEU GEORGES 
– REGION DU N’ZI Préfet de Région, Préfet du Département de Dimbokro : COULIBALY YAHAYA 
– REGION DU SUD-COMOE Préfet de Région, Préfet du Département d’Aboisso : COULIBALY GANDO 
– REGION DU TONKPI Préfet de Région, Préfet du Département de Man : ATTRI JEAN CIRYLLE.

• Le deuxième décret porte nomination dans les fonctions de Préfet de Département. Ainsi, sont nommés dans les fonctions de Préfet de Département, les membres du Corps Préfectoral ci-après désignés :

– REGION DE L’AGNEBY-TIASSA Préfet du Département de Taabo : KOUADIO KOUASSI EUGENE 
– REGION DE LA BAGOUE Préfet du Département de Kouto : GNAMOU ANGORAN PIERRE 
– REGION DU BELIER Préfet du Département de Djékanou : COULIBALY NAPEGADEH MAGLOIRE 
– Préfet du Département de Tiébissou : GOUASSIRO ERNEST MATHIEU 
– REGION DU BERE Préfet du Département de Kounahiri : MAMADOU COULIBALY 
– REGION DU BOUNKANI Préfet du Département de Téhini : KASSOUM COULIBALY 
– REGION DU CAVALLY Préfet du Département de Taï : BAKAYOKO MAMADOU 
– REGION DU FOLON Préfet du Département de Kaniasso : AKPA AIME ROLAND 
– REGION DU GBEKE Préfet du Département de Sakassou : TIEGBE BONAVENTURE 
– Préfet du Département de Béoumi : TRAORE NEE IMELDA MARGUERITE MARIE DOUSSOU MOÏSE-HENRI 
– Préfet du Département de Botro : ELLA née GBANDA ODETTE 
– REGION DU GBÔKLE : Préfet du Département de Fresco : TRAORE AMADOU 
– REGION DU GÔH Préfet du Département de Oumé : YAO KOUAKOU 
– REGION DU GUEMON Préfet du Département de Facobly : KOKORA MAUNY FRANÇOIS XAVIER 
– REGION DE L’IFFOU Préfet du Département de Ouellé : SORO SANA 
– REGION DE L’INDENIE-DJUABLIN Préfet du Département d’Agnibilékrou : ABION YAO ELIE 
– REGION DE LA MARAHOUE  Préfet du Département de Sinfra : KACOU BREDOUMOU CHRISTOPHE 
– Préfet du Département de Zuénoula : SANOGO KARIDJA épouse DAO 
– Préfet du Département de Gohitafla : KOUAKOU YAO 
– Préfet du Département de Bonon : YAPI OGOU CLAUDE 
– REGION DE LA ME Préfet du Département d’Akoupé : GODEZTH KOKORA PATRICE ANTOINE 
– Préfet du Département de Yakassé-Attobrou : GUEU ZRO SIMPLICE 
– REGION DE LA NAWA Préfet du Département Buyo : KOUAME BOUAKI 
– REGION DU SUD-COMOE Préfet du Département de Grand-Bassam : SIDIBE NASSOU 
– REGION DU TONKPI : Préfet du Département de Sipilou : ROPE GUEDE GREGOIRE.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1752520 : 1.67 mb
MEMORY : 1514312 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.