Côte d’Ivoire : Crise postélectorale de 2010-2011, le bureau de la CPI à Abidjan échange avec des victimes

Le bureau Côte d’Ivoire de la Cour pénale internationale (CPI) en collaboration avec la Confédération des organisations de victimes des crises ivoiriennes (Covici) organisent une tournée d’information et de sensibilisation des communautés affectées par le conflit et leurs familles dans différentes localités de Côte d’Ivoire. Ce lundi 28 juin 2021, ils ont échangé avec des leaders communautaires des quartiers Doukouré et Yaoséï à Yopougon.   

« Cette rencontre avait pour objectif d’échanger avec les parents de Doukouré et Yaoséï par le truchement de la Covici qui est venue nous voir pour que nous puissions échanger avec ces personnes-ressources. Notre rôle c’est d’expliquer la décision qui a été prise concernant l’acquittement de Messieurs Laurent Gabgbo et Charles Blé Goudé. Parce qu’il y avait beaucoup de choses qui se disaient donc, il fallait qu’on vienne pour donner la vraie information aux populations », a indiqué Cissé Kadidiatou de l’Unité de sensibilisation de la représentation de la Cour pénale internationale (CPI).

Elle a profité pour expliquer le mandat et le mode de fonctionnement de la CPI. « Au bout de tout cela, il faut qu’on aille à la paix. Et, pour aller à la paix, ce n’est pas l’affaire d’une seule personne. Il faut que tout le monde se mette ensemble. C’est pourquoi nous avons appellé les uns et les autres à tuer en eux la rancœur, l’envie de se venger et à pardonner pour que la Côte d’Ivoire puisse fonctionner comme il se doit », a-t-elle insisté.

Pour sa part, Digbeu Ballet, deuxième vice-président de la Covici, chargé des questions portant sur les droits des victimes et les mesures de réparation a souligné l’importance de cette activité. « Nous sommes venus ici pour que les victimes soient informées de tout ce qui se passe les concernant. Que ce soit judiciaire et non judiciaire. Pour l’heure, c’est la question judiciaire. On dit l’acquittement. Une notion que la population ne comprend pas. Et pourquoi Laurent Gbagbo, accusé de crimes a été acquitté. Au-delà de l’acquittement, il faut inviter ces personnes à vivre ensemble. La Côte d’Ivoire c’est notre pays, donc, nous avons intérêt à la défendre. Si la Côte d’Ivoire n’existe plus, c’est que nous-mêmes n’existerons plus », s’est-il convaincu.

Quant à Diomandé Adama, président du Collectif des victimes du quartier Doukouré, il a fait un plaidoyer auprès des autorités ivoiriennes. « Il y a des victimes qui n’ont pas de jugement supplétif de décès. Or, pour avoir ce document, il faut se faire établir un certificat de non-déclaration à la mairie qui est payant ; il faut obtenir un papier du médecin légiste ; payer 35 000 francs CFA à la justice pour passer en audience avec deux témoins. Et, les audiences peuvent prendre pratiquement 4 mois. Le coût total est élevé pour les victimes. Environ 100 000 francs à débourser pour avoir ce document (jugement supplétif de décès). Or, les victimes vivent au jour le jour. Payer 100 000 francs CFA pour ce document n’est pas à la portée des victimes. En outre, la liste des victimes qui se trouve au ministère n’est pas accessible, pour voir quelle victime est dans la base de données. Donc, les victimes ne peuvent pas s’engager dans des dépenses sans savoir si elles figurent sur la liste des bénéficiaires », a-t-il expliqué.

Notons que cette caravane sera à Abobo le mercredi 30 juin et sillonnera plusieurs villes de l’intérieur du pays les semaines à venir.


Sercom et Blackson Dodo Sylvain

Laisser un commentaire

PEAK : 1716048 : 1.64 mb
MEMORY : 1508560 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.