Publicite

Côte d’Ivoire : Elections locales du 13 octobre dernier, naissance d’un collectif pour dire qu’elles « sont tout sauf des élections démocratiques, transparentes et inclusives »

Les candidats contestataires des résultats aux dernières élections locales du 13 octobre dernier proclamés par la Commission Electorale Indépendante (CEI) ont mis en place un collectif de lutte.
Publicite

Ce mercredi lors d’un point de presse, au siège du PDCI-RDA, Georges Ezaley, candidat aux municipales de Grand Bassam, Serge Vremen candidat perdant aux régionales du Gontougo, tous deux sous la bannière du PDCI-RDA, faisant partie des chefs de file de ce collectif ont posé les bases de cette coalition  dénommé « le collectif des candidats intimidés et spoliés (CCIS) aux élections du 13 octobre 2018 ».

Ceux-ci ont évoqué des manquements à plusieurs niveaux dans le processus électoral du 13 octobre 2018 entre autres : l’absence de stickers pour favoriser la fraude, l’absence d’encre indélébile pour permettre les votes multiples, l’immixtion dans le processus électorale de chefs de guerre, notamment le Colonel Koné Djakaridja dit Zakaria dont la vidéo dans une mosquée à Vavoua a fait le tour du monde, l’apparition des microbes, des démobilisés et autres bandes armées d’armes blanches et d’armes à feu dans les lieux et bureaux de vote, occasionnant des casses, des disparitions d’urnes et de PV et même des pertes en vie s humaines notamment à Lakota, Abobo, Grand Bassam etc., pour justifier la naissance de ce collectif.

Cela en vue de « mener jusqu’au bout le plaidoyer de la mobilisation citoyenne ; dénoncer les abus de toutes sortes commis par la CEI illégale et illégitime, ayant entrainé « plus de 102 recours en annulation, record  jamais atteint en Côte d’Ivoire » ; et justifié que ces élections « sont tout sauf des élections démocratiques, transparentes et inclusives ».

Enfin avec l’objectif d’appeler « le pouvoir exécutif de laisser librement les magistrats de la cour suprême dire le droit, rien que le droit, sans risquer de perdre leurs postes, et « la communauté internationale et les amis de la Côte d’Ivoire à jeter un regard très attentif sur les graves dérives démocratiques qui sont constatées et dont les conséquences seront encore plus désastreuses pour le pays à l’horizon ».

Casimir Boh/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
PEAK : 1681736 : 1.6 mb
MEMORY : 1473120 : 1.4 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.