Côte d’Ivoire : Electricité – CNI – retour de Gbagbo – sirènes, gyrophares et avertisseurs spéciaux…voici ce qu’il faut retenir du dernier Conseil des ministres

Un Conseil des Ministres s’est tenu hier mercredi 26 mai 2021, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, en présence du  Chef de l’Etat Alassane OUATTARA. Plusieurs points étaient à l’ordre du jour notamment, la question de l’électricité, la validité de la CNI, le retour de Gbagbo, les sirènes, gyrophares et avertisseurs spéciaux…   

La validité des CNI prorogée jusqu’au 31 décembre 2021

Initialement prévue pour le 30 juin 2021, la date de validité des anciennes cartes nationales d’identité ivoirienne (CNI) a de nouveau connu une prorogation. Le gouvernement ivoirien a décidé au cours du conseil des ministres de ce mercredi 26 mai 2021, une nouvelle prorogation de la validité de cette pièce jusqu’au 31 décembre 2021.

« Le conseil a adopté un décret portant prorogation de la période transitoire de validité de la carte nationale d’identité », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly, ministre de la Communication, des médias et de la Francophonie.

Sirènes, gyrophares et avertisseurs spéciaux

Le Conseil des ministres a décidé́ de l’interdiction de l’utilisation des sirènes, des gyrophares et des avertisseurs spéciaux pour les hautes personnalités de l’Etat à l’exception du Président de la République, du Premier ministre, des Présidents de l’Assemblée nationale et du Senat.

Cependant, les unités des Forces de Défense et de Sécurité́ en intervention, les sapeurs-pompiers, les ambulances en intervention et les cortèges des hautes autorités étrangères en mission officielle sont autorisés à les utiliser.

Retour de Gbagbo, le Gouvernement formel

Le gouvernement s’en tient à la décision prise par l’actuel Président de la République quant au retour annoncé de son prédécesseur. Le porte-parole du Gouvernement Amadou Coulibaly l’a signifié à l’issue d’un conseil des ministres lorsqu’on lui a demandé de donner son avis sur les « agissements » d’Issiaka Diaby et ses hommes.

« Le chef de l’Etat a donné toutes informations concernant le retour de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé, notamment la prise en charge du voyage de Laurent Gbagbo et de ses proches. Nous, nous en tenons à cela. Nous sommes un Etat responsable à partir du moment où des assurances ont été données pour que le Président Gbagbo rentre, il rentrera. Je n’ai pas d’autres commentaires à faire sur ce voyage », a déclaré, le porte-parole du Gouvernement.

Electricité

En vue de résoudre les difficultés rencontrées par les ménages dans la fourniture de l’électricité, Thomas Camara, ministre de l’Energie et du Pétrole assure que le Gouvernement prend ses « dispositions pour que la situation s’améliore ». Il a affirmé que d’ici à la mi-juillet, le pays sortira définitivement de cette situation de rationnement. « Comme vous l’avez constaté, la situation est bien meilleure qu’avant. Les nuits, il n’y a plus de rationnement, le week-end, il n’en a pas non plus, en semaine nous avons 6 heures de rationnement au niveau des ménages et les industriels ont la fourniture pendant 16 heures tous les deux jours », s’est justifié, le ministre de l’Energie et du Pétrole.

Thomas Camara a expliqué le concept rationnement qui n’a rien à voir avec le délestage. « Alors, nous parlons de rationnement parce que nous disons que la capacité de production installée en Côte d’Ivoire effectivement est de 2300 Mgw, la consommation nationale est de 1650 Mgw donc bien inférieure à la capacité installée. Donc nous n’avons pas de problème de déficit structurel, nous avons simplement un problème conjoncturel qui va passer dans quelques semaines et nous retrouverons l’équilibre ou la capacité de production d’électricité est largement supérieure à la demande nationale. C’est pour cela que nous parlons de rationnement. On parle de délestage lorsque structurellement la capacité de production est inférieure à la demande du pays ; où il faut recourir à des investissements massifs en toute vitesse et rattraper le niveau de la consommation », a-t-il mentionné.

Thomas Camara a indiqué que la capacité installée est là, simplement elle ne peut pas être utilisée à fond parce que le niveau d’eau est faible dans les barrages. « La saison des pluies fort heureusement commence, le niveau d’eau va se rétablir, nous aurons toute notre capacité disponible pour couvrir la demande des populations », s’est-il réjoui.

Création d’une chambre de jugement spécialisée en matière de criminalité́ financière

En vue de prévenir et de combattre, plus efficacement, la corruption, le blanchiment de capitaux et les infractions financières connexes, le Gouvernement a décidé́ de la création d’une chambre de jugement spécialisée en matière de criminalité́ financière au sein du Tribunal de Première Instance d’Abidjan dirigée par le Vice-président du Tribunal de première instance d’Abidjan.

Programme 2021, 393 projets et 151 réformes pour un coût global de 2698 milliards de FCFA

Le nouveau programme du Gouvernement, adopté lors du Séminaire gouvernemental tenu du 21 au 23 avril 2021, avec une implication effective du secteur privé, s’articule autour de la vision du Président de la République intitulée « une Côte d’Ivoire Solidaire ».

Il est axé sur le développement du capital humain, la connexion digitale et l’accès aux services sociaux de base et est conçu pour répondre aux attentes des populations et des entreprises, avec des actions et activités prioritaires retenues au niveau de chaque ministère technique pour être mises en œuvre en 2021.

Au titre de l’année 2021, le Programme du Gouvernement comprend 393 projets et 151 réformes à entreprendre pour un coût global de 2 698 milliards de francs CFA, soit 2 543 milliards de francs CFA pour les projets et 155 milliards de francs CFA pour les réformes.

Ce programme s’inscrit dans une « approche-résultat » qui appelle les membres du Gouvernement à mettre en œuvre les actions projetées et à rendre compte des réalisations effectives.

A cet effet, le suivi de la mise en œuvre des programmes ministériels se fera mensuellement et une évaluation sera faite chaque trimestre par le Premier ministre, Jérôme Patrick Achi.

Les exportateurs et transformateurs ivoiriens de café et de cacao

Le Conseil a adopté une communication relative aux difficultés rencontrées par les exportateurs et transformateurs ivoiriens de café et de cacao.

Face à leur situation, le Conseil a décidé en vue de favoriser l’émergence dans le secteur de champions nationaux, et de créer les conditions de la pérennisation de leurs activités, d’attribuer 20% des exportations de fèves aux exportateurs et transformateurs ivoiriens de café et de cacao. Ainsi, les multinationales devront céder systématiquement 20% du volume de tout contrat de déblocage aux exportateurs ou transformateurs nationaux sous forme de contrats internationaux.

Mobilisation des recettes fiscales

Au terme du premier trimestre de l’année 2021, l’exécution du budget de l’Etat a été caractérisée par une mobilisation satisfaisante des recettes fiscales et une bonne maitrise du niveau d’exécution des dépenses. Selon le Gouvernement, les ressources mobilisées à fin mars 2021 s’élèvent à 2 189,8 milliards de FCFA pour une prévision de 2 236,3 milliards de FCFA, soit un taux de réalisation de 97,9%.

Ces réalisations comprennent 1 070,7 milliards de FCFA de recettes budgétaires et 1 119,1 milliards de FCFA de ressources de trésorerie. Les recettes fiscales ont été recouvrées à hauteur de 1 051,3 milliards de FCFA à fin mars 2021, avec un écart positif de 77,4 milliards de FCFA par rapport à l’objectif de 973,9 milliards de FCFA. Ce résultat est principalement lié aux performances enregistrées dans le recouvrement des taxes sur produits pétroliers, des taxes à l’importation sur les marchandises générales et des droits d’enregistrement café-cacao.

Toujours selon le Gouvernement, les dépenses ont été globalement exécutées à hauteur de 1 400,3 milliards de FCFA à fin mars 2021, pour une prévision de 1 624,5 milliards de FCFA, soit un taux d’exécution de 86,2%.

Ces dépenses comprennent notamment les dépenses d’investissement exécutées à hauteur de 239,5 milliards de FCFA contre une prévision de 401,1 milliards de FCFA et les dépenses de lutte contre la pauvreté et de réduction des disparités sociales établies à 558,7 milliards de FCFA à fin mars 2021, au-dessus de l’objectif plancher de 546,9 milliards de FCFA.

« Ainsi, le solde budgétaire à fin mars 2021 ressort à -65,6 milliards de FCFA pour un objectif annuel de -1 750,4 milliards de FCFA représentant -4,6% du PIB », a précisé, le porte-parole du gouvernement.

Peine de travail d’intérêt général (TIG) en lieu et place d’une incarcération

Ce décret détermine les entités susceptibles d’accueillir le condamné au travail d’intérêt général que sont, d’une part, l’Etat, les collectivités territoriales, les établissements publics et, d’autre part, les associations déclarées d’utilité publique ainsi que les personnes morales de droit privé remplissant une mission de service public.

Il définit, en outre, les organes chargés de la mise en œuvre de la mesure du travail d’intérêt général et prévoit, à cet effet comme organe central, le juge de l’application des peines ainsi qu’un Bureau national de coordination du TIG et des Bureaux locaux de suivi.

Frais de redevances d’utilisation des fréquences radioélectriques

Ce décret fixe, en remplacement des coûts actuellement pratiqués, qui datent de plus de trente ans, de nouveaux montants en cohérence avec les contraintes liées au maintien de l’équilibre financier du secteur de l’économie numérique.

Une approche consultative des acteurs du secteur des TIC combinée à une analyse économique rigoureuse a été privilégiée afin de déterminer des montants reflétant la valeur actuelle de l’utilisation des fréquences radioélectriques.

Mise en œuvre des mesures de prévention contre les inondations

En prélude à la saison des pluies, le Gouvernement a engagé un plan d’action en vue de prévenir les pertes en vies humaines ainsi que les dégâts matériels causés par la problématique du drainage des eaux pluviales.

La première phase de ce plan d’action a porté sur l’assainissement. Cette étape importante a consisté en la mise en œuvre d’opérations préventives de curage et d’entretien de l’ensemble des ouvrages de drainage des eaux pluviales ainsi qu’en la poursuite de l’exécution des travaux de construction des ouvrages de drainage dans le District Autonome d’Abidjan. Ainsi les trois (03) bassins tampons de l’Indénié, les dix (10) barrages écrêteurs de crue, les canaux primaires de drainage et des points critiques identifiés ont été totalement traités. En outre, la construction du barrage écrêteur de Génie 2000, l’élargissement des canaux primaires de drainage traversant les quartiers Palmeraie (rue ministre) et Allabra sont achevés et les autres travaux sont en cours d’exécution.

Compte tenu de l’impact négatif des déchets solides sur le fonctionnement régulier des ouvrages d’assainissement et de drainage, la seconde phase du plan a consisté en l’identification et l’élimination des dépôts sauvages de déchets solides (ordures ménagères, sachets plastiques, etc.) dans les zones difficilement accessibles et en l’enlèvement et le stockage sécurisé des pneus usagés se trouvant dans les emprises des ouvrages de drainage des eaux pluviales.

Relativement à la communication et à la sensibilisation qui constituent la troisième et dernière phase du plan de prévention, elles portent actuellement sur le comportement à risques des populations qui s’exposent aux inondations et aux glissements de terrain en s’installant notamment dans les zones à risques. Les parties prenantes dans la lutte contre les inondations sont mobilisées et le Comité interministériel de lutte contre les catastrophes est activé. Aussi, la Brigade de l’Assainissement et de la Salubrité (BAS) a été instruite à l’effet d’organiser la surveillance des ouvrages et de leurs emprises, en vue d’en empêcher et d’en réprimer les occupations illégales.

Nominations : Inza Camara nommé consul général à New York

Inza Camara, époux de la ministre Kandia Camara, a été nommé consul général de la République de Côte d’Ivoire à New York. L’Ambassadeur premier échelon, fut délégué général du RDR aux Etats-Unis avant d’être nommé, Délégué général chargé de la Promotion économique et commerciale de la Côte d’Ivoire aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique, en charge du suivi de l’AGOA et de l’éligibilité de la Côte d’Ivoire au Millenium Challenge Corporation (MCC).

Par ailleurs toujours au titre du ministère d’Etat, ministère des Affaires étrangères de l’intégration africaine et de la diaspora, le Conseil a accordé son agrément en vue de la nomination de Koufa Edouard Chinoza en qualité d’Ambassadeur extraordinaire plénipotentiaire de la république de Zimbabwe près la République de Côte d’Ivoire avec résidence à Accra au Ghana.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1761416 : 1.68 mb
MEMORY : 1539248 : 1.47 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.