Publicite

Côte d’Ivoire : Issiaka Diaby, président du CVCI donne quatre jours à la Ministre Mariétou Koné pour restituer l’argent des victimes de la crise post-électorale

Issiaka Diaby, le président du Collectif des Victimes de Côte d’Ivoire (CICV), n’est pas du tout content de la gestion de la dernière phase du processus d’indemnisation des victimes de la crise post-électorale par Mme Mariétou Koné. Après avoir accusé la Ministre de la Solidarité d’être au centre d’une malversation, il lui a donné quatre jours pour restituer l’argent décaissé par le Chef de l’Etat en faveur des victimes.
Publicite


Un ultimatum de 4 jours donné à Mariétou Koné

Au cours d’un point de presse tenu hier à Yopougon, Issiaka Diaby, président du CVCI, s’est vivement attaqué à la gestion de la dernière phase du processus d’indemnisation des victimes de la crise post-électorale par la Ministre Mariétou Koné. Outre ses manquements dans la prise en charge des enfants orphelins et des victimes, la Ministre de la Solidarité, de la Femme et de la Protection de l’Enfant aurait fait mains basses sur l’argent octroyé par le Président Ouattara en faveur des ayants-droits.

« Des familles des victimes de la crise n’ont pas encore reçu la somme d'un million de francs CFA que le Chef de l’Etat a offert pour le Yako. Il y a eu des malversations au niveau du processus d'indemnisation des victimes de la crise post-électorale. Les victimes et leurs familles sont en souffrance. », a dénoncé le président du CVCI avant de lancer cet ultimatum à la Ministre Mariétou Koné. « Nous donnons un délai de quatre jours à la ministre de la solidarité Marietou Koné à compter de ce mardi 5 février 2019, pour corriger tous ces manquements volontaires ».

La Ministre de la Solidarité n’aurait pas été également impartiale dans le traitement des victimes des crises survenues en Côte d’Ivoire depuis 1999.

Issiaka Diaby dénonce une indemnisation sélective

Le président du CVCI, qu’on accusait d’être le représentant des victimes du RDR, a aussi dénoncé le fait que la Ministre Mariétou Koné ne prenne pas en compte toutes les victimes des différentes crises survenues en Côte d’Ivoire. Au rang de ces victimes délaissées et oubliées citons celles du charnier de Yopougon en octobre 2000, de la riposte de l’armée française contre les manifestants devant l’Hôtel Ivoire en 2004, du massacre de Guitrozon en 2011. Fort de tous ces manquements, le CVCI pense que le processus d’indemnisation des victimes de la crise post-électorale a totalement échoué. D’où le fait que la réconciliation piétine malgré les efforts du Gouvernement.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1747040 : 1.67 mb
MEMORY : 1524288 : 1.45 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.