Côte d’Ivoire : Johnny Patcheko bientôt rapatrié

Vendredi, des informations divulguées sur les réseaux sociaux ont fait état de l’arrestation, en Finlande, de Johnny Patcheko, le pourfendeur du pouvoir d’Abidjan, puis de son extradition imminente en Côte d’Ivoire. Qu’en est-il vraiment de cette affaire ? 

La griffe de Taliban Choco

Vendredi, l’arrestation de Johnny Patcheko en Finlande, s’est répandue comme une trainée de poudre. La présumée interpellation de ce cyber activiste, pro-Gbagbo et reconnu pour ses critiques acerbes du Président de la République et de son gouvernement, a peiné certains en même temps qu’elle a réjoui d’autres. Les rumeurs ont même fixé son rapatriement à Yopougon, en Côte d’Ivoire, ces dimanche 29 ou lundi 30 juillet 2018. C’était apparemment la fin du parcours de cet ex gendarme de l’armée ivoirienne, en exil depuis la fin de la crise post-électorale de 2011. Il s’était spécialisé dans les critiques violentes à l’endroit du gouvernement de Côte d’Ivoire. Cela lui a valu une agression à Paris de 8 coups de couteau. Il s’en était sorti miraculeusement. Le cyber activiste avait accusé le Ministre de la Défense Hamed Bakayoko, d’être à l’origine de ce meurtre manqué.

Johnny Patcheko dément son arrestation et s’explique

De fil en aiguille, l’on a appris que la rumeur de l’arrestation a été distillée par Taliban Choco, le pendant pro-Ouattara de Johnny Patcheko. Selon les informations qui circulent, c’est Taliban Choco, rival devant l’éternel de Johnny Patcheko, qui aurait inventé, en partie, toute cette histoire. Suite aux rumeurs persistantes de son arrestation en Finlande, où il réside actuellement, Johnny Patcheko a produit une vidéo dans laquelle il a tout expliqué. Selon lui, il n’en est rien du tout de cette arrestation. Toutefois, il reconnait avoir été convoqué et instruit d’une affaire le concernant, par la police finlandaise.  « J’ai reçu une convocation de police à laquelle j’ai répondue. Quand je suis arrivé, je suis allé à la section où on établit les documents administratifs (…). J’ai présenté mes documents à la caissière et par la suite elle a pris son téléphone et elle a appelé. Des policiers, qui étaient au nombre de quatre, sont venus et m’ont encerclé. ». Le cyber-activiste confie ensuite qu’il a été emmené dans un bureau puis informé des faits qu’on lui reproche. Là, il apprend que de nouveaux éléments se sont ajoutés à son dossier ? Lesquels ? En effet, c’est Stéphane Kipré, président de l’Union des Nouvelles Générations (UNG) et gendre de l’ex Président Laurent Gbagbo qui aurait initié cette convocation sur des soupçons de terrorisme et d’appel à l’insurrection en Côte d’Ivoire. Johnny Patcheko est informé qu’il est soupçonné, au terme d’un syllogisme un peu simplet, d’être un membre de la FESCI, syndicat classé « groupe terroriste » au Canada. Résumons : le cyber activiste est un ami de Sroukou Trèmin Trèmin (ancien SG de la FESCI vivant au Canada), or Sroukou Trèmin Trèmin est un membre du « groupe terroriste » FESCI donc Johnny Patcheko est aussi un « terroriste ». Rappelons qu’en début juin, Martial Ahipeaud, ancien SG de la FESCI, avait été arrêté au Canada pour appartenance au groupe « terroriste » FESCI.

Johnny et ses embrouilles avec l’Etat de Côte d’Ivoire

Johnny Patcheko révèle également qu’il est actuellement dans une mauvaise situation en Finlande faute de passeport. Le gouvernement ivoirien, par l’entremise de son ambassade, refuserait de lui donner ce passeport dans le but provoquer son extradition en Côte d’Ivoire. « Je n’ai pas le statut de réfugié politique pour utiliser un passeport de l’ONU, par conséquent j’ai besoin du passeport de mon pays d’origine pour avoir mon séjour permanent, qui malheureusement depuis plus d’un an peine à venir. ». Selon lui, le gouvernement ivoirien veut le spolier de son identité ivoirienne et ainsi l’empêcher de travailler en Finlande. Or en Finlande, dit-il, lorsqu’un immigré noir ne travaille pas et n’a pas de papier, l’Office de l’Immigration le rapatrie vers son pays d’origine.

Dans cette même vidéo, Johnny Patcheko, le pourfendeur du pouvoir Ouattara, révèle qu’il est ré-convoqué demain mardi par la police finlandaise. Cette audition devrait définitivement fixer son sort à savoir s’il sera rapatrié ou non vers la Côte d’Ivoire.


Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1725992 : 1.65 mb
MEMORY : 1513408 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.