Côte d’Ivoire : La Jeunesse du RDR recadre Koua Justin d’EDS après ses propos à Anono

« En vérité en vérité je vous le dis, nous allons faire porter à Dramane (Alassane Ouattara, le chef de l’Etat NDLR) ses habits de deuil, s'il ne nous appelle pas à discuter.

Et nous allons le conduire à sa dernière demeure ! C'est son caleçon qui est gros sinon, il n'y a rien dedans!

EDS est prêt pour participer aux élections locales. Si Ouattara ne réforme pas la CEI, il nous aura sur son chemin.

Ma bouche annonce la paix. Je suis porteur de paix. Mais si Dramane nous invite au combat, nous irons à l'affrontement! Peuple de Côte d’Ivoire, la patrie t'appelle ! Je suis venu vous chercher pour aller sauver la Côte d'Ivoire!

L'heure a sonné pour que les ivoiriens prennent leurs destins en main. PDCI nous vous rappelons au rassemblement pour défendre la patrie pour sauver la Côte d'Ivoire!!!

Rassurez-vous ce combat nous allons le gagner !!! », avait clamé haut et fort Koua Justin président de la jeunesse de la plate-forme de l’opposition Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), samedi dernier, lors d’un meeting au village Anono (Cocody) pour réclamer la réforme de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

Précisons que ces propos qui ont alimenté la toile toute la fin de semaine dernière,  ont fait réagir la jeunesse du Rassemblement de la Jeunesse Républicaine.

Par la voix de son secrétaire général, Diarrassouba Vassiriki, ceux-ci ont estimé que « c’est un plaisantin qui s’effraie lui-même », expliquant que « la Côte d’Ivoire a tourné le dos à la violence et personne ne nous ramènera en arrière ».

« En réalité, tous ces gens s’agitent, car à ces élections locales à venir, ils courent tous vers un cuisant échec face aux candidats du RHDP.

Comment pouvez-vous comprendre que ces gens aient des candidats aux élections municipales et des conseils régionaux, et au même moment demander un report en prétextant qu’il faut une réforme de la CEI ?

La Position du Président Alassane OUATTARA est claire sur la question. La recomposition de la CEI sera mise sur la table après les élections du 13 octobre 2018 », a-t-il déclaré, tout en clarifiant que cette CEI qui a organisé les élections législatives de décembre 2011, les élections municipales et les conseils régionaux d’avril 2013, l’élection présidentielle d’octobre 2015, le référendum d’octobre 2016, les législatives de décembre 2016 et les sénatoriales de mars 2018, n’a jamais été remise en cause.

Paula K. avec Casimir Boh, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1710880 : 1.63 mb
MEMORY : 1499528 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.