Côte d’Ivoire : La liberté provisoire refusée à Soro et ses proches, le procès renvoyé au 26 mai

Le procès de Guillaume Soro et ses proches poursuivis pour des faits de complot contre l’autorité de l’État, d’intégrité du territoire national s’est ouvert, ce mercredi 19 mai 2021 au tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau. Dans le box des accusés, 14 personnes étaient présentes sur les 20 concernées. Guillaume Soro, Affoussiata Bamba-Lamine, Touré Moussa, Fofana Issiaka, Sess Soukous Mohamed, Zébré Souleymane n’étaient présents au tribunal en raison de leur absence du pays.   

Lors de cette première journée d’audience, la défense a sollicité une « liberté provisoire immédiate » de certains accusés qui a été rejetée par le Tribunal. En effet, le président du Tribunal criminel, le juge Charles Biny a rejeté l’ouverture d’une nouvelle information judiciaire et cette demande de liberté provisoire formulée par la défense, estimant que celle-ci est « mal fondée ».

Cependant, le président du Tribunal a accédé à la communication des pièces exigées par les avocats de la défense et a renvoyé l’audience au 26 mai prochain. « Nous sollicitons, qu’il vous plaise, monsieur le président, une demande de liberté provisoire pour nos clients Alain Lobognon, Soul To Soul, Rigobert Soro, Félicien Sékongo et Simon Soro conformément à un arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples datant d’avril 2020 », avait plaidé auparavant, Me Souleymane Diallo, l’un des avocats de la défense.

Quant au procureur de la République Adou Richard Christophe et Me Abdoulaye Ben Méité, l’un des avocats de l’Etat de Côte d’Ivoire, ils se sont farouchement opposés à ce plaidoyer de la défense, estimant « qu’aucun élément ne justifie cette demande de liberté provisoire ». « Comment pouvez-vous imaginer que dès l’entame du procès, on fait valoir des exceptions comme c’est le cas ? » s’est interrogé Me Méité, estimant que l’attitude de la défense est une « fuite en avant ». Quatorze prévenus sur vingt comparaissent dans ce procès qui s’est ouvert devant une salle comble du Tribunal criminel d’Abidjan.

Cependant, le président du Tribunal a accédé à la communication des pièces exigées par les avocats de la défense et a renvoyé l’audience au 26 mai prochain.

Guillaume Soro, l’ancien patron de l’hémicycle ivoirien et d’autres accusés absents à ce procès, dont l’ex-ministre Affoussiata Bamba Lamine, seront jugés par contumace. La plupart des personnalités poursuivies dans cette affaire, a été arrêtée depuis le 23 décembre 2019, date du retour avorté de Guillaume Soro à Abidjan.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1730144 : 1.65 mb
MEMORY : 1521432 : 1.45 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.