Côte d’Ivoire : Lancement, ce jeudi, des activités de la brigade de répression des infractions au code minier en présence des ministres Jean Claude Kouassi

Ce jeudi 27 décembre 2018 a eu lieu la cérémonie de lancement des activités de la brigade de répression des infractions au code minier. C’était en présence du Ministre des Mines et de la Géologie, Jean Claude Kouassi, du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Pr Séka Séka et du Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo.


Une brigade composée d’une trentaine de membres issus de divers Ministères

La cérémonie de lancement de la Brigade de Répression des Infractions au Code Minier (BRICM) s’est déroulée ce matin à la SODEMI, dans la commune de Cocody.

Elle a débuté par une allocution de l’Ingénieur des mines Ernest N’Guessan Kouadjo, chef des opérations de la BRICM. Après avoir salué la création de cette brigade, première initiative du genre en Côte d’Ivoire, l’Ingénieur a évoqué les objectifs qu’on lui a assignés. La principale consiste bien évidemment à mettre fin au pillage des ressources de notre pays.

« Monsieur le Ministre, par cette brigade, vous entendez aussi protéger les ressources de la Côte d’Ivoire afin qu’elles échappent aux rapaces de l’ombre et permettre aux opérateurs légalement constitués, reconnus et attributaires, de travailler dans la sérénité sur les périmètres qui leur ont été concédés par l’Etat de Côte d’Ivoire. » a déclaré Mr Ernest N’Guessan Kouadjo.

La BRICM a plusieurs autres missions qui sont : recueillir et traiter les renseignements sur l’orpaillage clandestin, rechercher leurs auteurs en vue de les traduire devant les juridictions compétentes, fournir des informations actualisées et précises sur les stratégies de lutte contre l’orpaillage clandestin, le trafic de minerais et de pierres précieuses, entre autres.

Cette brigade est composée de marins, de gendarmes, des forces paramilitaires comme les eaux et forêts, de techniciens et d’ingénieurs miniers.

L’appel du Ministre aux éléments de la brigade et de la population

Prenant la parole à son tour, le ministre Jean Claude Kouassi a dit qu’il plaçait toutes ses attentes en cette brigade et a souhaité que ces éléments soient « dévoués, disponibles et surtout engagés à faire tarir la source du fléau que constitue l’orpaillage clandestin » dans l’intérêt de l’économie ivoirienne.

Il leur a surtout demandé de ne pas se laisser corrompre et d’être extrêmement sévères contre les pilleurs de la Côte d’Ivoire, tout en appelant la population à les aider dans leur tâche : « C’est donc, ici, le lieu d’exhorter nos parents, nos frères et nos sœurs à nous aider à combattre ce fléau en refusant de céder leurs terres aux orpailleurs clandestins et en collaborant avec la Brigade à qui ils devront fournir les renseignements utiles à la réussite de sa mission ».

L’orpaillage clandestin, véritable fléau depuis plusieurs mois

Rappelons que, selon une récente évaluation de l’orpaillage clandestin, il existe au moins 241 sites illégaux, pour une population d’orpailleurs évaluée à 23 400 individus, sur l’ensemble du territoire national. Cet orpaillage clandestin ne fait pas que nuire à l’économie nationale et aux sociétés régulièrement constituées. Elle fait des malheurs, parmi ceux qui tentent de le freiner. En effet, en juillet 2018, le Commandant de la Gendarmerie Mobile de Korhogo, Dago Djah, a été sauvagement assassiné par des orpailleurs clandestins venus du Mali. Après leur forfait, ces meurtriers ont rejoint leur pays d’origine.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1692472 : 1.61 mb
MEMORY : 1491200 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.