Publicite

Côte d’Ivoire : « Le chef de cabinet de la Ministre Marietou Koné m'a confié que le charnier de Yopougon est un montage », Issiaka Diaby, président CVCI

Issiaka Diaby, le président du Collectif des Victimes de Côte d’Ivoire (CICV) commence à avoir la langue qui déborde de la poche, au fur et à mesure que son bras de fer avec la Ministre Marietou Koné se durcit. Après expiration de l’ultimatum donné à la Ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes, Issiaka Diaby n’a pas tardé à jeter un pavé dans la marre du régime.
Publicite


« Mme Marietou Koné nous trouvera sur son chemin »

En début de semaine dernière, Issiaka Diaby, le président du CVCI, avait donné quatre jours à la Ministre Marietou Koné pour rendre l’argent des victimes donné par le Chef de l’Etat en guise de « Yako ». L’ultimatum ayant largement expiré, il a fait une nouvelle sortie dans les médias ce weekend pour mettre encore en garde la Professeure d’Anthropologie : « Mariatou Koné tente de nous distraire. Tant que les enfants orphelins issus des crises ne sont pas scolarisés et resocialisés, elle nous trouvera sur son chemin. Tant que les femmes victimes de violences basées sur le genre ne sont pas prises en charge, elle nous trouvera également sur son chemin. Tant que les personnes mutilées devenues paraplégiques qui ont besoin d’être resocialisées et tous les blessés de la crise ne sont pas pris en compte elle nous trouvera sur son chemin. Tant que cette question d’une indemnisation injuste et discriminatoire depuis le lancement du processus il y a quatre ans, ne prend pas fin, puisque ce sont seulement les victimes de la crise post-électorale qui sont prises en compte, nous allons toujours la combattre. ».

Ce que n’admets surtout pas Issiaka Diaby, c’est que seules les victimes de la crise post-électorale, et principalement celles du RDR parti au pouvoir, soient prises en compte dans le processus d’indemnisation comme si les autres victimes ne comptaient pas. Ces autres victimes ce sont celles de Guitrozon, du bombardement français de 2004 et du charnier de Yopougon, par exemple.

Issiaka Diaby fait une très grave révélation

Mais sur le cas du charnier de Yopougon, sur lequel il insiste beaucoup pour avoir gain de cause, Issiaka Diaby va faire une grave déclaration. Comme soudain fatigué de réclamer ce que de « droit », il explose : « Le chef de cabinet de la Ministre Marietou Koné m'a confié que le charnier de Yopougon est un montage. 
Raison pour laquelle, on refuse d'indemniser les 350 victimes. ». Est-ce là un aveu fracassant ou l’expression d’une exaspération déraisonnée ?  

Ou alors lui a-t-on dit cela pour se débarrasser de lui, pour ne plus l’avoir dans le dos ? Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il s’agit là d’une grave révélation aux conséquences inimaginables. Le chef de cabinet de la Ministre Marietou Koné et même Issiaka Diaby devraient être alors interpellés pour en dire un peu plus sur leur entrevue. La justice doit faire son travail afin d’avoir le fin mot de cette histoire car le charnier de Yopougon a été brandi comme l’origine de la crise ivoirienne de 2002 et présenté comme l’œuvre du régime de Laurent Gbagbo.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1710064 : 1.63 mb
MEMORY : 1480760 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.