Publicite

Côte d’Ivoire : Le groupe agro-industriel français SATOL annonce l’implantation d’une usine de transformation de manioc près de Toumodi

A la faveur de la présidentielle de 2015, le jeune leader Konan Kouadio Bertin (KKB) avait promis aux Ivoiriens une usine de production d’attiéké, s’il était élu. Ce projet avait été raillé par ses adversaires, jugeant cela très utopique. Mais ce rêve fou n’est pas loin de devenir une réalité.
Publicite


En effet, un groupe agro-industriel français du nom de SATOL vient d’annoncer l’implantation, près de Toumodi, d’une usine de transformation de manioc.

« Le coût du projet est de 31 milliards »

La Société Africaine de Transformation Agricole (SATOL) s’apprête à donner raison au jeune cadre du PDCI-RDA, Konan Kouadio Bertin, dit KKB. La SATOL annonce la construction, d’ici à mi-2019, d’une usine de production de farine de manioc, d’amidon et surtout d’attiéké en Côte d’Ivoire. Cette usine de transformation de manioc sera implantée à Assounvouè, à 190 km d’Abidjan.

Selon M. Christophe Barthelemy, directeur général de SATOL, « Le coût du projet est de 31 milliards FCFA avec à peu près 15 milliards pour l’usine, 13 milliards pour la partie agricole et 3 milliards pour les coûts opérationnels ». Ce projet est une initiative du franco-ivoirien Eugène Amangoua, administrateur de la société en France.

Un projet viable et écologique

Pour le bon fonctionnement de l’usine, M. Christophe Barthélemy, gérant de la filiale en Côte d’Ivoire, table sur l’obtention de 20.000 hectares de terres, dont 5700 entièrement sécurisées auprès des propriétaires terriens.

Pour rester en phase avec les objectifs de développement durable et les exigences de l’environnement, la société française produira elle-même 85% de ses besoins journaliers en racines, soit 400 tonnes. Le reste sera fourni par les paysans des environs, qui travailleront en collaboration avec l’usine.

La SATOL table sur une production annuelle de 38000 tonnes de farine, d’amidon et de manioc.

Elle ambitionne également produire du bioéthanol, biocarburant utilisable dans les moteurs à essence. L’usine emploiera directement 360 personnes et 1000 autres de façon parallèle.


Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1700848 : 1.62 mb
MEMORY : 1476528 : 1.41 mb