Publicite

Côte d’Ivoire : Le Maire de Yopougon en guerre contre le racket

La maire de la commune de Yopougon, Gilbert Kafana Koné, a décidé de partir en croisade contre la corruption de ses agents. A l’occasion de l’installation de l’antenne locale de lutte contre le racket, le maire a procédé à l’affichage des délais réglementaires pour l’établissement des documents administratifs. 

Gilbert Koné désormais intransigeant

Face à la corruption qui empoisonne l’administration ivoirienne depuis des années, le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité, a initié l’installation antenne locale de lutte contre le phénomène. Le vendredi dernier, c’était au tour de Yopougon de connaître l’installation de son antenne de lutte contre le racket. C’était en présence du Ministre lui-même et du premier magistrat de la ville. Au cours de cette cérémonie, le maire a révélé avoir radié dix agents véreux l’année dernière. Selon lui, depuis ce jour, il n’y a plus eu de plaintes contre ses agents, de la part des administrés de sa commune. Le point focal de cette cérémonie fut l’affichage, par Gilbert Kafana Koné, des délais règlementaires pour l’établissement des documents administratifs.   
Publicite

Les délais d’établissement des actes administratifs

Le maire de Yopougon a procédé à l’affichage des nouveaux délais requis pour délivrer les papiers aux citoyens de sa commune. Ces consignes devront être respectées à la lettre, au risque de se voir également radiés comme les dix autres de 2017. Ces nouvelles dispositions affirment que les actes judiciaires tels que les jugements supplétifs et les attestations de naturalisation sont gratuits et doivent s’établir en sept (7) jours. En outre les actes de mariage, de naissance et de décès sont également gratuits et doivent être disponibles au bout de 30 minutes. Enfin les actes divers que sont les légalisations de signature, les certificats de vie et d’entretien ou encore les certificats de non remariage, non divorce et séparation de corps ne sont pas payants et doivent être délivrés en une (1) heure maximum.  

Le racket une gangrène 

Cette décision, c’est le moins qu’on puisse dire, vient à point nommé. Depuis des années, les populations de Yopougon, tout comme celles de toutes les communes de Côte d’Ivoire, ne cessent de se plaindre des rackets dont elles sont victimes au quotidien dans leur mairie et dans les antennes de celle-ci. Non seulement tous les documents étaient payants, même les plus simples, mais également les agents de mairie demandaient tout le temps de l’argent pour accélérer l’établissement des documents. Si le citoyen ne versait pas 1000 Francs ou 2000 Francs en bonus, il courrait le risque de voir la constitution de son document s’étendre sur plusieurs jours, exprès. 

A Bingerville, les extraits de naissance de certaines personnes nées à Abobo sont renouvelés à la sous-préfecture. Dans cette ville, en plus du montant de 500F à payer pour le timbre auprès du Tresor dans le cadre du renouvellement d'un extrait de naissance, la somme supplémentaire de 500F est exigée par la sous-prefecture aux administrés par feuille (de rame) utilisée, sans compter les "frais de motivation" à payer pour l'obtention rapide dudit document. Et cette pratique semble être "légalisée " dans le coin. Pas facile.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant /Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1722016 : 1.64 mb
MEMORY : 1483784 : 1.42 mb