Côte d’Ivoire : Le Président Alassane Ouattara à Brazzaville ce vendredi pour l’investiture de Denis Sassou Nguesso

Le Chef de l’Etat Alassane Ouattara prend part ce vendredi 16 avril, à la cérémonie d'investiture du Président congolais Denis Sassou Nguesso,  récemment réélu. Alassane Ouattara est arrivé jeudi soir à Brazzaville, capitale de la République du Congo où Denis Sassou Nguesso, sorti vainqueur de la présidentielle du 21 mars dernier, prête serment ce vendredi.


Outre le Président Alassane Ouattara, plusieurs autres chefs d'État étrangers sont présents  au Palais des congrès de Brazzaville. Ce sont antre autres, les présidents Alpha Condé de Guinée, Macky Sall du Sénégal, Théodore Obiang Nguema de Guinée Équatoriale, Faustin- Archange Touadera de la République Centrafricaine, Idriss Deby Itno du Tchad , Faure Gnassingbé du Togo, Georges Weah du Libéria et Mohamed Ould Ghazzouani de Mauritanie.

La Cour constitutionnelle du Congo a validé le mardi 6 avril dernier l’élection de Denis Sassou-Nguesso au scrutin du 21 mars 2021. Il a recueilli 88,40% de suffrages au lieu de 88,57% de voix, selon les résultats provisoires que la Cour a légèrement modifiés après avoir rejeté les recours en annulation de trois opposants. Son principal opposant pour cette présidentielle, Guy Brice Parfait Kolélas, est mort de la Covid-19 le lendemain de l’élection. Le mandat présidentiel dure 5 ans.

Le Congo de Denis Sassou Nguesso

Denis Sassou-Nguesso avait déjà occupé les mêmes fonctions entre 1979 et 1992. Il est revenu au pouvoir depuis 1997, après avoir renversé le président élu Pascal Lissouba. Né en novembre 1943 dans la bourgade d'Edou, à plus de 400 km au nord de Brazzaville, il embrasse une carrière militaire au moment où le Congo obtient son indépendance de la France en 1960. Entre 1961 et 1963, il suit une formation militaire à l'école des officiers de réserve de Cherchell, dans une Algérie encore française, puis à l'école d'application de l'infanterie à Saint-Maixent (ouest de la France). Jeune officier, il participe en 1968 au mouvement qui renverse le président Alphonse Massamba-Débat et porte au pouvoir le commandant Marien Ngouabi qui veut édifier une société "socialiste" sous les Tropiques.

L'année suivante, il participe à la fondation du Parti congolais du travail (PCT), parti unique acquis au marxisme-léninisme. Élément clef du système sécuritaire du régime, ministre de La Défense, il accède à la tête de l'État en 1979, deux ans après l'assassinat de Ngouabi. Dans ce régime aligné sur le bloc soviétique, le colonel Sassou est dans les années 1980 "président du comité central", "chef de la République", "chef du gouvernement". Au tournant des années 1990, la chute du mur de Berlin et le président français François Mitterrand obligent l'Afrique à se convertir tant bien que mal au multipartisme.

Lors de la première présidentielle démocratique de 1992, Sassou Nguesso est battu par Pascal Lissouba. C'est la traversée du désert et l'exil en France, le pays qui l'a finalement toujours soutenu. L'essai ne dure guère. Le Congo s'enfonce dans la violence et la guerre civile, sur fond d'enjeux pétroliers. Le président Lissouba ira jusqu'à accuser Elf (ex-Total) d'avoir soutenu le retour au pouvoir de M. Sassou Nguesso.

Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1682400 : 1.6 mb
MEMORY : 1482344 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.