Publicite

Côte d’Ivoire : Le Président Alassane Ouattara annonce un réexamen de la CEI tout en réaffirmant le caractère consensuel de l’actuelle

A l’occasion de la commémoration de l’an 58 de la fête de l’Indépendance de la Côte d’Ivoire, le Président de la République, SE Alassane Ouattara a pris plusieurs décisions dans le sens de la réconciliation nationale. Outre l’amnistie accordée à 800 prisonniers politiques, dont Simone Ehivet Gbagbo, le Chef de l’Etat a aussi annoncé le réexamen de la Commission Electorale Indépendante.
Publicite

Une recomposition de l’Institution

Le Président de la République Alassane Ouattara a annoncé hier mardi 7 août 2018, à l’occasion de la célébration de la fête nationale, qu’il envisageait le réexamen de la Commission Electorale Indépendante (CEI). « Comme le recommande notamment la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, j’ai instruit le gouvernement à l’effet de réexaminer la composition de la Commission Electorale Indépendante. ». Le Chef de l’Etat espère que cette recomposition annoncée fera en sorte que « les prochaines élections soient inclusives et sans violence. ». Comme on s’y attendait, la déclaration d’Alassane Ouattara suscite autant d’espérance que d’interrogations. 

Des points d’interrogation subsistent

Dans la suite de son discours, après avoir affirmé la nécessité de réformer la CEI conformément au vœu de la Cour Africaine des Droits de l’Homme saisie par l’opposition ivoirienne, le Chef de l’Etat a tout de même rappelé que « la composition actuelle de la Commission Electorale Indépendante résulte d’un large consensus de tous les acteurs politiques Ivoiriens de premier plan après la crise post-électorale. ». Ce faisant, il sème le doute au sujet du contenu à donner au terme « consensus » puisque le FPI ne cesse de répéter que cette CEI est archi-dominée par les représentants du RHDP, plus précisément du RDR. Ainsi, même s’ils se réjouissent de l’annonce du Président Ouattara, les responsables du FPI, et plus largement de l’EDS (Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté) attendent d’abord de voir à quoi ressemblera cette recomposition de « consensus ».

En tout cas, à moins d’une volte-face fâcheuse, M Youssouf Bakayoko, président de cette institution, devrait être remplacé par une personnalité qui fait l’unanimité parmi la classe politique ivoirienne. 


Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1737904 : 1.66 mb
MEMORY : 1507600 : 1.44 mb