Publicite

Côte d’Ivoire : Le Président Ouattara et le HCR d’accord pour la fermeture des camps de réfugiés ivoiriens au Ghana et au Liberia

Dans une déclaration produite par lui, à son retour de l’étranger, le Président Ouattara a laissé entendre que le responsable du Haut-Commissariat des Réfugiés (HCR) et lui ont décidé de la fermeture des camps de réfugiés ivoiriens du Ghana et du Libéria. Cette fermeture devrait intervenir avant la fin de cette année.
Publicite

« Près de 96% des réfugiés sont rentrés »

A son retour d’un long voyage, qui l’a mené à Addis-Abeba dans le cadre du 32e sommet de l’UA et à Paris pour y rencontrer Emmanuel Macron, le Président Ouattara a confié que les camps de réfugiés ivoiriens au Ghana et au Liberia seront bientôt fermés parce qu’au moins 96% des exilés sont déjà rentrés au pays.

 « J’ai rencontré le responsable du Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi en marge du 32e sommet de l’UA, en Ethiopie. Ce dernier a félicité notre pays pour la manière exemplaire avec laquelle, nous avons traité ces questions, la question des réfugiés. Ce qui a abouti au retour en Côte d’ivoire de la quasi-totalité des réfugiés de la crise postélectorale. Je crois près de 96%. Le responsable du HCR et moi sommes mis accord pour procéder à la fermeture des camps des réfugiés au Ghana et au Libéria, avant la fin de cette année 2019 », a fait savoir le Chef de l’Etat ivoirien.

Mais quid du droit du réfugié ?

Cette annonce met dans le désarroi certains de ces derniers réfugiés qui refusent toujours de rentrer au pays pour une raison inconnue. Ont-ils commis une faute grave au point d’être passible de poursuites judiciaires plus que ces hommes politiques qui sont déjà rentrés ? En tout cas l’un d’entre eux, locataire du camp d’Egyikrom au Ghana, est dans tous ses états. Il proteste vivement en évoquant les textes du HCR. Selon lui, un réfugié a le droit de rester dans le pays qui l’accueille aussi longtemps qu’il le veut ; aussi, un exilé ne serait pas soumis à une injonction de rentrer dans son pays d’origine.

Précisons que ce n’est pas la première fois qu’une fermeture des camps de réfugiés ivoiriens du Ghana, du Liberia et du Togo est évoquée par Abidjan. En octobre 2017 déjà, des rumeurs avaient couru à ce propos dans la presse ivoirienne et sur les réseaux sociaux.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1688656 : 1.61 mb
MEMORY : 1476576 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.