Publicite

Côte d’Ivoire : Le Procureur de la République ordonne l’arrestation du Député Jacques Ehouo

L’on apprend à l’instant que cette nuit, le Procureur de la République Adou Christophe Richard a ordonné, aux forces de l’ordre, l’arrestation du Député Jacques Ehouo, nouveau Maire élu du Plateau. Ce dernier se serait retranché dans sa résidence sise aux 2 Plateaux alors que les hommes armés attendent toujours dehors.
Publicite


Des hommes armés encerclent le domicile de Jacques Ehouo

Cette nuit, précisément aux alentours de 22H 20 minutes, un commando a encerclé le domicile du Député Jacques Ehouo, sis aux 2 Plateaux BMW, non loin de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA).

Selon une source proche de l’élu, ce sont plusieurs cargos d’hommes en armes qui se sont déployés tout autour de la maison. Un officier se serait ensuite présenté au portail avec un mandat d’emmener signé du Procureur de la République, Richard Adou Christophe. Ce matin, les forces de l’ordre seraient toujours présentes sur les lieux, attendaient de lancer un assaut sur ordre de la hiérarchie. Le Maire élu du Plateau dit attendre ses avocats avant de prendre toute décision.

S’il ne vient pas à la Police Economique, la Police Economique ira le chercher

Si Jacques Ehouo ne vient pas à la Police Economique, la Police Economique ira le chercher ! Les forces de l’ordre attendent donc, dit-on, les instructions pour l’emmener de gré ou de force afin qu’il soit entendu par la Police Economique et Financière qui le soupçonne de détournements de fonds à la mairie du Plateau, à travers sa société Neg.com.

Jeudi dernier, le nouveau Maire élu du Plateau avait reçu une convocation de la Police Economique à laquelle il n’a pas répondu. Ses avocats ayant invoqué son immunité parlementaire. Mais la loi, le Procureur de la République ne s’en embarrasse pas toujours, visiblement. Après que le Député Jacques Ehouo a refusé de se présenter au bureau de la Police Economique, Mr Adou Richard lui avait vivement conseillé de le faire, laissant présager un recours à la force au cas échéant.

Pour lui, en brandissant l’immunité parlementaire le Conseil de l’élu procédait d’une interprétation erronée de l’article 92 de la Constitution.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1713976 : 1.63 mb
MEMORY : 1490144 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.