Publicite

Côte d’Ivoire : Quand les déclarations des Ministres Hamed Bakayoko et Touré Mamadou suscitent des interrogations

Hier, samedi 19 janvier 2019, à l’occasion des pré-congrès éclatés du RHDP, nous avons eu droit à certaines déclarations qui suscitent des interrogations, voire des inquiétudes. Les Ministres Hamed Bakayoko et Touré Mamadou ont donné l’impression, dans leurs propos, que la présidentielle de 2020 était déjà joué d’avance. A quoi riment ces sorties ?
Publicite

Les étranges déclarations d’Hamed Bakayoko et de Touré Mamadou

Le Ministre Touré Mamadou, l’un des porte-parole du RHDP était ce samedi à Daloa, dans le cadre des pré-congrès éclatés avant le Congrès du 26 janvier 2019, finalement maintenu au Stade Félix Houphouët Boigny. Au cours de ce meeting, dans le Haut-Sassandra, le jeune Ministre a déclaré : « Dites à tous ceux qui veulent être candidats, que 2020 sera ce qu’Alassane Ouattara voudra » et d’ajouter : « Beaucoup se méprennent, certains pensent que nous sommes encore dans la configuration de 2010. Face aux velléités de candidature que nous entendons de part et d’autre, nous pouvons dire que 2020 n’est pas 2010 ». Si le second propos est assez flou, le premier est en revanche sans équivoque.

Ecoutons d’abord le Ministre d’Etat, Ministre de la Défense Hamed Bakayoko avant tout commentaire. Le nouveau Maire d’Abobo, lors d’un meeting à Yopougon, dans le cadre de ces mêmes pré-congrès éclatés, a également laissé entendre ceci : « Ceux qui ont des ambitions personnelles, qui veulent être Présidents, allez leur dire que 2020 est déjà bouclé. 2020 est déjà calé. »

Comment doit-on comprendre ces déclarations de deux Ministres d’une République comme la nôtre ?

Des propos dangereux dans un pays avec un fort taux d’analphabètes

Tout d’abord nous pensons que tous les citoyens de ce pays ont le droit de se présenter à l’élection présidentielle de 2020 s’ils remplissent les conditions édictées par notre loi fondamentale. Aussi il n’existe pas d’individus génétiquement présidentiables, encore moins de parti politique qui aurait reçu la caution divine pour fournir les Présidents de la République de Côte d’Ivoire, comme une famille royale fournirait, exclusivement, les monarques d’un royaume.

Aussi, en vertu de quoi 2020 est-il bouclé ? En vertu de quelles statistiques ? Jeudi déjà, sur France 24, le Ministre Adjoumani martelait encore et encore que le RHDP avait la majorité de l’électorat ivoirien (60%). Cette majorité acquise en l’absence du FPI et par le débauchage d’élus indépendants et PDCI, serait-elle une référence absolue au point de donner au RHDP tous les superlatifs ?

Ne nous voilons pas la face. Tout le monde sait qu’en Côte d’Ivoire, il est impossible, aujourd’hui, pour un parti politique, même au pouvoir, de remporter une élection présidentielle sans alliances. Le FPI le sait, le PDCI le sait, le RDR le sait pertinemment d’où le RHDP dans lequel il s’obstine à retenir le vieux parti.

Quand le Ministre Touré Mamadou affirme que 2020 sera ce que le Président Ouattara voudra, que veut-il dire par là ? Existe-t-il un plan commun pour conserver le pouvoir ? Non soyons sérieux ! 2020 sera ce que les Ivoiriens auront voulu dans les urnes à travers des élections transparentes et justes. Si le Chef de l’Etat est le garant de la sécurité de ces élections (il l’a d’ailleurs assuré lors de la présentation des vœux des corps constitués), il ne saurait se substituer au peuple au point où 2020 sera ce qu’il voudra.

Ou alors prépare-t-on les esprits à refuser une éventuelle défaite en 2020 ? Cela semble bien être le but des déclarations des Adjoumani, Mamadou Touré et consorts. Si ce n’est pas leur objectif, ils doivent bien se garder de telles sorties. Peut-être que ce sont là, propos de gens trop optimistes pour 2020, mais il faut dire qu’ils sont très dangereux. Dans un pays où la population est en majorité analphabète, du moins politiquement, ce genre de déclaration pourrait faire penser que la présidentielle de 2020 est acquise, que la majorité écrasante est assurée. Et patatras, voilà les dégâts si le résultat des urnes, en 2020, n’est pas conforme à ce qu’on leur avait dit ou fait croire.

« La parole, comme la flèche, ne revient plus ; regarde donc, avant de la lancer, si elle n’est ni aiguë ni empoisonnée. » a dit Cicéron dans les Maximes et Pensées.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1752552 : 1.67 mb
MEMORY : 1494440 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.