Côte d’Ivoire : San Pedro, mécanisme de fonctionnement de la Cpi expliqué aux populations

Une délégation de la Représentation de la Cour Pénale Internationale (CPI) a sensibilisé, jeudi dernier des leaders communautaires, des directeurs et chefs de services, le corps préfectoral de la ville de San Pedro sur « La contribution des leaders communautaires en faveur de la promotion de la justice pénale internationale et de la lutte contre l’impunité en Côte d’Ivoire ».


Le chef de la délégation, Cheick Touré et le représentant légal des victimes au nombre de 729, Sako Brahima ont expliqué à ces derniers notamment le Statut de Rome de la CPI, le fonctionnement, les modes de saisine et les crimes relevant de la compétence de la CPI, l’histoire de la participation des victimes aux procédures pénales internationales, les droits des victimes participants pendant le procès.

« Cette tournée nationale de sensibilisation sur la Cour Pénal International a pour objectif de pouvoir toucher le plus grand nombre de populations de Côte d’Ivoire en le faisant comprendre du mode de fonctionnement de la Cour et surtout les procédures judiciaires durant la cour », a indiqué Cheik Touré chef de délégation par ailleurs Responsable de la communication au niveau du bureau local de la Cpi.

« C’est une très bonne occasion pour nous de voir comment mutualisé nos efforts autour de la promotion de la problématique de la lutte contre l’impunité. Chacun de nous doit contribuer à lutter contre ces crimes de l’impunité ou les crimes de masse (les génocides, agression) et surtout faire la promotion de droit de l’homme », a-t-il poursuivi.

 En réponse de la préoccupation des participants qui jugent le procès de l’ex président Laurent Gbagbo de politique. Chuck Touré  a tenu à éclairer la lanterne de tous sur ce point.

 « La cpi n’a pas d’agenda politique. Elle a été créée comme une institution impartiale, neutre. Elle n’a pas de logique politicienne liée à quoi que  ce soit. Pour cela les juges font leur travail de manière sereine et équitable» a-t-il éclairé. 

 Me Sako  Brahima représentant légal des victimes a, quant à lui, rappelé que les victimes concernés par les procès de Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo sont ceux qui ont subis des affres des évènements qui se sont passés à Abidjan après les élections de 2010. 


Paula K. avec Foua Bi, Correspondant / Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1733400 : 1.65 mb
MEMORY : 1529280 : 1.46 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.