Côte d’Ivoire/ Sécurité : Rumeurs d’infiltration de combattants lourdement armés dans le pays, l’armée ivoirienne prend des mesures

Depuis samedi, une folle rumeur perturbe la quiétude des populations ivoiriennes. Il s’agit de l’infiltration présumée de combattants lourdement armés en Côte d’Ivoire.

Alertée, l’armée ivoirienne, par le biais de la Police Nationale, a annoncé des mesures appropriées pour parer à toute éventualité.

Des combattants venus de l’ouest

Depuis samedi une information circulant sur les réseaux sociaux et les messageries fait état de l’infiltration de combattants lourdement armés depuis l’ouest de la Côte d’Ivoire. Ce commando non identifié serait déjà en place et attendrait ce lundi pour lancer une attaque d’envergure. Dans ce même SMS affolant, il est aussi demandé aux populations de ne pas s’aventurer loin de leur domicile dans la soirée car une rafle serait prévue. Informée de cette rumeur, la Police Nationale a produit un communiqué pour rassurer tout le monde quant à la sécurité qui règne dans le pays.

« Il nous revient de manière récurrente que des informations contenues dans des SMS, mails, vidéos... font état de ce que notre pays serait infiltré par des hommes lourdement armés et qu'il sera procédé à des rafles générales dans les jours à venir.

La Police Nationale tient à rassurer les populations que ce sont des informations visant à créer la psychose et troubler ainsi la quiétude des citoyens. Par ailleurs, les auteurs de cette machination seront recherchés et interpellés.

Toutes les mesures seront prises par la Direction Générale de la Police Nationale en coordination avec les autres forces de défense et de sécurité pour assurer la protection des biens, des personnes et des Institutions de la république ».

Du déjà vu

Il faut souligner que ce n’est pas la première fois que de telles rumeurs circulent en Côte d’Ivoire. Depuis la fin de la crise post-électorale, de prétendues attaques de ce genre ont été annoncées, mais aucune n’a jamais eu lieu. Étrangement, les points de départ de ces assauts sont invariablement les frontières du Ghana (particulièrement Noé) et du Libéria (forêt de Taï et Toulepleu), des zones où se seraient repliées des groupuscules de combattants pro Gbagbo après la crise de 2010.

Si pour les militants du parti au pouvoir il s’agit d’une énième chienlit préparée par ceux qu’on appelle « GOR » (Gbagbo Ou Rien), pour ces derniers, c’est bien le pouvoir qui veut installer la psychose afin de traquer de plus bel les pseudos déstabilisateurs du pays.


Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

PEAK : 1711192 : 1.63 mb
MEMORY : 1504984 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.