Publicite

Côte d’Ivoire : Suite à l’annonce du Ministre Marcel Amon Tanoh, de la réforme de la CEI en 2020, l’écrivain et homme politique Sylvain Kean Zoh interpelle le Gouvernement

Au cours de sa conférence de presse ce vendredi, le Ministre des Affaires Etrangères, M. Marcel Amon Tanoh, a annoncé que la réforme de la Commission Electorale Indépendante (CEI) aura lieu en 2020, conformément au vœu du Président de la République. Suite à cette déclaration, l’écrivain et homme politique Sylvain Kean Zoh a interpellé le Gouvernement sur les risques d’une telle décision.
Publicite


Le Gouvernement drible l’opposition

Alors que l’opposition demande, depuis plusieurs mois, la réforme de la CEI et que le Chef de l’Etat avait promis qu’elle se fera après les élections locales, M. Marcel Amon Tanoh a annoncé hier, contre toute attente, que le réexamen de la CEI aura finalement lieu en 2020. Revenant sur une déclaration du Président Ouattara le 6 août dernier, le Ministre des Affaires Etrangères a informé que : « Concernant la réforme de la CEI, je n’irai pas plus loin que ce que le président de la République a déclaré à l’occasion de son allocution pour la fête de l’indépendance, il a dit que la réforme de la CEI sera faite en 2020 ». Le Chef de l’Etat aurait-il driblé tout le monde, pis, roulé dans la farine l’opposition ? Si oui, pourquoi ? Aurait-il un agenda caché pour ne pas procéder à cette réforme maintenant ?

Sylvain Kean Zoh espère que ce n’est pas un plan commun susceptible d’entrainer la Côte d’Ivoire dans la violence

Dans une réponse adressée au Ministre des Affaires Etrangères, l’écrivain Sylvain Kean Zoh a émis des inquiétudes quant au calendrier de la réforme de la CEI, tant contesté.

« Je voudrais espérer de tout cœur que ses récentes déclarations annonçant la réforme de la commission électorale pour 2020 ne relèvent pas d'un projet commun du Président Ouattara et de l'ensemble du gouvernement. » s’est inquiété l’auteur du roman à succès « La voie de ma rue », comme pour faire une allusion au procès de Laurent Gbagbo à la Haye. Poursuivant sa réponse au Ministre, le président de l’Union des Masses Populaires (UMP) et candidat à la présidentielle de 2020 observe que : « En effet, si la réforme ne devait se faire qu'en 2020, il est quasi certain que la commission électorale n'aura jamais le temps nécessaire de s'attaquer aux questions profondes des élections en Côte d'Ivoire et de nous éviter la violence en 2020. Dans une vision plus réaliste, c'est au premier trimestre 2019, donc au plus tard en mars, que la réforme de la commission électorale devra être effective. ». Pour cela, relève l’ancien professeur d’informatique au Lycée Sainte Marie de Cocody, « Bien entendu, il faudra préalablement ouvrir le dialogue politique afin d'associer tout le monde aux questions urgentes concernant les élections de 2020 dont la réforme de la commission électorale ». Pour conclure son interpellation, M. Sylvain Kean Zoh rappelle au Gouvernement qu’ « En vérité, au lieu de rechercher des intérêts partisans, notre objectif à tous doit être d'éviter la violence électorale à la Côte d'Ivoire en 2020 »

Paula K. avec Alex Dimeco,Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1725016 : 1.65 mb
MEMORY : 1503816 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.