Publicite

Côte d’Ivoire : Un collectif de victimes de la crise post-électorale prévoit un sit-in devant la CNDHCI, le 14 janvier 2019, pour dire non à une éventuelle libération de Laurent Gbagbo

Le Collectif des Victimes en Côte d’Ivoire (CICV) organisera un sit-in, le 14 janvier 2019, devant le siège de la Commission Nationale des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire pour dire non à une éventuelle libération de Laurent Gbagbo, détenu à la Cour Pénale Internationale. L’annonce a été faite au cours d’une rencontre ce dimanche, à Yopougon.
Publicite


« Si on libère Gbagbo, nous allons descendre dans la rue »

« Le 14 janvier 2019, nous ferons un grand rassemblement devant la CNDHCI pour dire à la Cour Pénale Internationale (CPI) qu’il faut que Laurent Gbagbo soit maintenu en prison jusqu’à la fin de la procédure » a déclaré Mr. Issiaka Diaby, le président de CICV lors d’une rencontre organisée à Yopougon.

Le défenseur des droits des victimes de la crise post-électorale explique que les membres de son collectif ont pris cette décision parce qu’ils se sentent désabusés par la CPI en laquelle ils avaient placé toute leur foi.

« Nous avons fait confiance à la CPI. Mais cette confiance est en train d’être menée à notre détriment. L’heure n’est plus au plaidoyer, mais plutôt à la mobilisation », a-t-il fait entendre. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, il prévient que : « si on libère Gbagbo, nous allons descendre dans la rue ».

Le CICV demande à l’Etat d’en faire davantage pour les victimes

Le CICV, visiblement très engagé dans la défense des droits des victimes et dans la lutte contre l’injustice, interpelle aussi l’Etat de Côte d’Ivoire. Même si Mr Diaby reconnait que le Chef de l’Etat, SE Alassane Ouattara, a beaucoup fait pour les victimes, il note que « tout ne va pas bien pour les victimes ivoiriennes à cause du processus d’indemnisation qui piétine. »

Si la détermination d’Issiaka Diaby en faveur de la justice et du mieux-être des victimes de la crise post-électorale fait presque fondre en larmes, l’on ne peut s’empêcher de la voir maintenant étendue à toutes les victimes.

En effet, l’on attend que le CICV fasse également cas des victimes pro-Gbagbo qui méritent aussi justice et indemnisation, tous êtres humains qu’ils sont. Si cela n’est pas fait, son discours peut être considéré comme celui d’un militant du régime car l’on ne fait pas le tri des victimes d’une guerre selon leurs bords politiques et leurs origines.

Soit la justice est totale, soit l’impunité est totale pour une réconciliation nationale vraie puisque la partialité est toujours source de frustrations et de conflits.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
PEAK : 1698288 : 1.62 mb
MEMORY : 1491576 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.