Publicite

Côte d’Ivoire : Un Gbaka sans frein, de la ligne Anono-Adjamé, dénoncé par des internautes

Un Gbaka sans freins, opérant sur la ligne Anono-Adjamé, est actuellement dans la ligne de mire des cyberactivistes et autres lanceurs d’alertes sur les réseaux sociaux.
Publicite


Avant qu’un drame ne survienne, ils appellent la police nationale à mettre à la fourrière ce cercueil sur roues.

A chaque arrêt, le coxer pose le « cale »

Un véritable cercueil sur roues, abusivement appelé Gbaka, relierait depuis un bon moment Anono riviera 2, dans la commune de Cocody, à Adjamé.

Ce véhicule de transport déjà très vieux aurait la particularité de ne pas posséder de freins. Pour pallier ce défaut, le coxer (apprenti dans le jargon ivoirien) poserait un « cale » à tous les arrêts. Rappelons que le « cale » est généralement un bout de bois placé sous les roues d’un véhicule pour l’aider à stationner quand il n’a pas de frein ou quand ceux-ci ne sont plus fiables. 

La police appelée à réagir pendant qu’il est temps

Selon les témoignages de ceux qui ont déjà emprunté la ligne, ce Gbaka exerce au nez et à la barbe même des policiers depuis longtemps. Ces agents des forces de l’ordre se contenteraient de verbaliser et d’empocher, ni vu ni connu, de petites sommes en signe de laisser passer. Les internautes se disent révoltés par ce laxisme qui met en danger la vie des passagers, eux-mêmes peu regardants de l’état du véhicule de transport qu’ils empruntent. Le plus aberrant, continuent les internautes, c’est que ces tonneaux sur roues passent des « visites techniques » haut la main. Sacrée corruption, dirons-nous.

En attirant l’attention de Police Secours, ces lanceurs d’alerte espèrent que les responsables de la sécurité routière réagiront pour mettre, pour de bon, ce mini-car à la retraite avant que l’irréparable ne survienne.


Il faut tout de même rappeler que ce Gbaka n’est pas le seul à présenter un tel niveau de dangerosité. Si de sérieuses visites techniques devaient être faites sur l’ensemble des véhicules de transport abidjanais, au moins la moitié ne circulerait plus.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1710688 : 1.63 mb
MEMORY : 1486864 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.