Publicite

Côte d’Ivoire / Université Félix Houphouët Boigny : Les enseignants rendent un dernier hommage à feu Prof Sery Bally

Depuis le 02 décembre 2018, le monde de la science est frappé par un coup. Les regards sont hébétés : le maître s’est donc définitivement couché. Le professeur Séry Bailly a fini sa mission pour l’émancipation intellectuelle des jeunes africains.
Publicite


Mais avant de se reposer dans la demeure éternelle, plusieurs hommages lui seront rendus. Cela commence ce Mardi 29 janvier 2019 avec le collectif des enseignants de l’enseignement supérieur, à l’esplanade de la présidence de l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan.

Ministres, enseignants, étudiants, famille, proches, amis… ont répondu à l’appel pour la célébration de ce grand homme de culture. À cet effet, les témoignages n’ont pas manqué de retracer l’histoire de cet homme.

Qui était feu Prof Séry Bailly ?

Zachari Séry Bailly est né le 13 mars 1948 à Abidjan. Après de brillantes études secondaires et universitaires, il embrasse une carrière académique à la faculté d’anglais, à l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan. Puis, il devient le doyen de l’unité de formation et de recherche chargée des Langues et civilisations (UFR LLC) dans la même Université.

Consécutivement aux postes de ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, puis de la communication, Séry Bailly est considéré dans le gouvernement de l’ex-président ivoirien comme un "homme très modéré dans ses prises de décision", selon ses sympathisants.

Membre influent du Syndicat National de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (SYNARES), principal syndicat des enseignants du supérieur, il défendait les intérêts de sa corporation.

Éminente figure de proue de la littérature ivoirienne

Doté d’une plume de marque, il est connu pour ses écrits abordant toujours dans le sens des problématiques tenantes à la société. En effet, il a eu la particularité de dépeindre les tares de la société à travers ses productions littéraires et scientifiques. Il va loin dans sa carrière en intégrant les "chroniques de notre temps", où il publie chaque mercredi par l’hebdomadaire ivoirien « Notre Temps ».

"Hommage à Tiagouri Tapé, « vraiment »" et "Deux guerres de transition : guerres civiles américaine et ivoirienne" sont ses deux plus célèbres essais.

"Lorsque dans la forêt les arbres tombent, une clairière se fait", a décrit le Pr Gnéba Kokora, enseignant à l’Université d’Abidjan.   

Cette citation dessine le vide laissé par la "Bibliothèque de la Science" dans l’espace universitaire. Les étudiants ont alors décrit leur amertume face à la douloureuse épreuve.

"Je me rappelle que j’étais allé le voir pour m’encadrer dans la préparation de mon mémoire qui traitait d’un sujet culturel. J’y allais avec beaucoup d’hésitation, mais grande a été mon admiration, de savoir le vrai Pr Séry Bailly.

Le Pr incarnait des valeurs qui ne peuvent qu’enthousiasmer les étudiants que nous sommes. Il était humble, serviable et modérément patient", a exprimé Djiké Chimène, étudiante en Master 2 de Lettres Modernes.

Rappelons que le baobab ivoirien s’est éteint à 70 ans des suites d’une courte maladie.

Penouel D. / Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1765928 : 1.68 mb
MEMORY : 1500952 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.