Publicite

Côte d’Ivoire : Venance Konan (DG de Fraternité Matin) au PDCI-RDA, « Quitter l’alliance avec le RDR pour s’allier avec le FPI, c’est proprement lâcher la proie pour son ombre »

Alors que le quotidien qu’il gère est étranglé par une crise financière, Venance Konan, le DG de Fraternité-Matin, trouve du temps pour s’inquiéter de l’avenir du PDCI-RDA.
Publicite


Ainsi, à l’endroit du vieux parti qui souhaite former une coalition avec le FPI en 2020, l’écrivain prévient que ce serait une erreur fatale.

Venance Konan aimerait comprendre certaines choses

Après la déclaration de Guikahué et compagnie, selon laquelle le « PDCI-RDA est définitivement sorti du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) et n’y reviendrait plus, et qu’il partagerait le pouvoir avec le Front populaire ivoirien (FPI) en cas de victoire », Venance Konan, lui le militant lambda, aimerait comprendre certaines choses.

Dans cette réponse à l’aile dure du PDCI-RDA, le DG de Frat-Mat (qui a visiblement du temps pour polémiquer malgré la crise financière que connait son quotidien) dit ne pas comprendre qu’après les souffrances et les sacrifices consentis par le RHPD, certains veulent voir cette famille voler en éclats.

« En 2005 a été créé le RHDP pour lutter contre le pouvoir jugé tyrannique de Laurent Gbagbo et son FPI. En 2010 on a appelé à voter pour Alassane Ouattara.

Pendant des mois on a fait face ensemble à l’hôtel du Golf à l’armée de Gbagbo jusqu’à ce que lui-même chute. Nous avons par la suite partagé le pouvoir. Plusieurs institutions, la primature, plusieurs ministères ainsi que d’importantes directions nous sont revenus. Aujourd’hui la Vice-Présidence de la République est attribuée à un vice-président du PDCI-RDA. En septembre 2014, à Daoukro, nous avons décidé de ne présenter aucun candidat du PDCI-RDA afin qu’Alassane Ouattara, dont on ne tarissait pas d’éloges sur les travaux qu’il réalisait, soit réélu. Dans ce même discours de Daoukro baptisé « l’appel de Daoukro », on avait avancé l’idée de la création d’un parti unifié qu’on avait proposé d’appeler PDCI-RDR. Plus tard on a choisi de l’appeler RHDP. Qu’est-ce qui n’a pas marché pour qu’au moment de la création de ce parti unifié, nous nous fâchions, au point de nous en retirer et de décider de ne plus jamais y revenir ? Que s’est-il donc passé pour que les militants du PDCI-RDA qui acceptent d’adhérer à ce RHDP soient aujourd’hui exclus, sans tenir compte de tous les sacrifices qu’ils ont consentis pour leur parti pendant de longues années, voire toute leur vie ? », s’est interrogé le DG de Frat-Mat.

Aussi, tout en soupçonnant le PDCI-RDA de vouloir noyer le RDR et le président Bédié de « chercher à revenir au pouvoir à 86 ans, après l’avoir perdu dans les conditions que nous connaissons il y a 20 ans », l’écrivain a interpellé sur le danger de se jeter dans les bras du Front Populaire Ivoirien (FPI) pour qui le PDCI est un « serpent à abattre ».

« Lâcher une proie pour son ombre »

Au plaisir de sa plume d’écrivain, qu’il exerce souvent à « La case des mots » (rubrique de Frat-Mat), Venance Konan a essayé de frapper, avec une trique, sur la tête du PDCI-RDA devenu subitement oublieux.

« Qu’est-ce que le FPI a fait de bien depuis qu’il a perdu le pouvoir qui le rende maintenant fréquentable ? (…) Le PDCI-RDA est-il certain de bien connaître le FPI ? Croit-il que si ce parti l’aide à accéder au pouvoir il se contentera de jouer les seconds rôles ? », a interpellé le DG de Frat-Mat, un pro RHDP notoire.

Face ce PDCI-RDA soudain frappé d’amnésie, pis, pris du syndrome de Stockholm, l’auteur de Les Prisonniers de la haine (2005) se propose d’endossé le rôle de l’historien politique : « Le PDCI-RDA a certainement oublié ce que le FPI a toujours pensé de lui. Rappelons-le-lui. Pour le FPI il est le serpent à abattre. Le serpent qui s’est allié à son ennemi le RDR pour le chasser injustement du pouvoir. Les militants du PDCI-RDA croient-ils vraiment que le FPI est disposé à leur servir de tabouret pour accéder au pouvoir et se contenter de quelques postes qu’on lui donnerait pour le remercier ? Ne soyons tout de même pas naïfs ! Quitter l’alliance avec le RDR pour s’allier avec le FPI, c’est proprement lâcher la proie pour son ombre, et surtout faire entrer celui qui cherche à vous abattre dans sa maison et rester seul avec lui. », prédit-il.

S’assure-ton d’une alliance qu’a faite la nécessité ? Semble interroger Venance Konan.

Mais cette question de Jean de La Fontaine pourrait aussi bien s’appliquer à l’alliance entre le PDCI et le RDR quand on sait que sous la présidence de Bédié (1994-1999), Alassane Ouattara était persona non grata en Côte d’Ivoire.

En politique il n’y a donc pas d’amis, mais des intérêts et des circonstances.

Paula K. Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1708232 : 1.63 mb
MEMORY : 1483576 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Akody.com utilise les cookies pour suivre et compter les articles que vous avez lus. Ceci nous permet d'informer nos partenaires qui font la publicité sur notre site. En continuant, vous acceptez les termes d'utilisation de notre site.