Publicite

CPI : après les trois pays africains, la Russie annonce le retrait de sa signature du Statut de Rome de la Cour pénale internationale

Une annonce qui intervient alors que les Etats parties de la Cour Pénale internationale (Cpi) sont réunis en assemblée à la Haye. Trois pays africains notamment la Gambie, le Burundi et l’Afrique du Sud ont déjà annoncé récemment leur retrait   
Le président russe Vladimir Poutine a approuvé une ordonnance qui retire la signature de la nation du traité régissant la Cour pénale internationale.

La Russie a signé le statut de Rome en 2000, mais n'a jamais ratifié l'accord de devenir membre.
La décision est venue après une décision de la CPI selon laquelle l'activité de la Russie en Crimée constituait une "occupation permanente".

La Russie se joint ainsi aux États-Unis et aux autres pays qui ont rejeté la cour.
L'Amérique a d'abord signé le statut de Rome sous l'administration Clinton, mais s'est retiré plus tard, sous la direction de George W. Bush.

Publicite

Le Soudan et Israël ont également retiré leurs signatures dans le passé, tandis que d'autres nations - y compris la Chine et l'Inde - ont rejeté l'adhésion pure et simple.

La CPI a été créée pour juger quatre crimes internationaux : génocide, crimes contre l'humanité, crimes de guerre et crimes d'agression.
La Russie a fait l'objet d'un débat plus d'une fois. Plus tôt cette année, la CPI a autorisé une enquête sur le conflit Russie-Géorgie 2008 en Ossétie du Sud.

Lundi, la CPI a publié un rapport préliminaire sur une série de questions, dont une partie portait sur l'annexion russe de la Crimée.
Ce rapport a conclu que le différend sur le territoire constituait un "conflit armé international entre l'Ukraine et la Fédération de Russie".
"La situation sur le territoire de la Crimée et de Sébastopol constitue en réalité un état d'occupation en cours", a-t-il déclaré.
Le comité des droits de l'homme des Nations Unies a également approuvé une résolution cette semaine, condamnant l'occupation temporaire de la Crimée par la Russie.

Le ministère russe des Affaires étrangères a profondément critiqué la CPI.
"Malheureusement, le tribunal n'a pas justifié les espoirs qui lui sont attachés et il n'est pas devenu un véritable organe autoritaire indépendant de la justice internationale", a déclaré le ministère.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré que la décision était prise "dans l'intérêt national" et a souligné que la Russie n'ayant jamais ratifié le statut de Rome, c'était simplement une formalité et ne changeait aucune juridiction.

Plus tôt cette année, l'Afrique du Sud a également annoncé qu'elle se retirerait de la CPI pour discuter des mandats d'arrestation. Plusieurs autres pays africains ont également exprimé des doutes sur l'avenir de la cour.

Penouel D. / Akody.com
Source : BBC news


Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1729336 : 1.65 mb
MEMORY : 1499864 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.