Publicite

Daloa/Lutte contre l'immigration illégale : le bilan du projet Fah-So-Kafissa présenté à la population

La cérémonie de clôture du projet Fah-So-Kafissa “ Chez nous est mieux” a été organisée ce jeudi au centre culturel de Daloa.
Publicite

Démarré le 01 janvier 2017, le projet Fah-So-Kafissa, initié par l’ONG italien CEVI en partenariat avec, l’ONG VIF, l'union de la jeunesse communale de Daloa, le réseau ivoirien pour la promotion de l'éducation pour tous (RIP-EPT) et la mairie de Daloa, s'est articulé autour de quatre axes notamment, l’alphabétisation, le développement socio-économique, la sensibilisation et le renforcement des capacités.

Selon le chef du bureau régional de l'ONG CEVI, Lavra Visentin, coordinatrice dudit projet, ce projet qui a duré 25 mois a pour objectif de contribuer à la lutte contre l'immigration illégale des jeunes et des femmes dans les zones de départ de la Côte d'Ivoire en général et de la ville de Daloa en particulier.

A travers ce programme, il s’agit selon elle de promouvoir le développement socio-économique à travers la création des opportunités économiques et le soutien à la petite entreprise en faveur des jeunes et des femmes des couches sociales les plus défavorisées et d’atténuer le risque d'immigration illégale à travers le renforcement des compétences des autorités locales, des organisations de la société civile et la création des dispositifs spécifiques pour la vulgarisation de la situation de l'immigration illégale.

À en croire Lavra Visentin, les résultats de ce projet sont satisfaisants car, il a par exemple permis de former plus de 900 femmes et jeunes à l’alphabétisation, d'insérer 150 personnes dans le tissu social et professionnel, de former plus de 300 personnes à l’entrepreneuriat, de financer 25 personnes à titre individuel et 10 groupements à travers des activités génératrices de revenus et de sensibiliser plus de 4000 personnes sur les dangers liées à l'immigration illégale.

Soulignant que si une personne a de bonne condition pour vivre dignement dans son pays, il ne prendra pas le risque de traverser la mer ou le dessert à la recherche d'un mieux-être.

Elle a rassuré, qu’au-delà des acquis de ce projet, “ d'autres financement suivront pour faire le suivi évaluation des bénéficiaires.”


Paula K. avec Natacha Kouakou, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1722984 : 1.64 mb
MEMORY : 1484384 : 1.42 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.