Publicite

Défense : L’armée décrète l’état d’urgence dans le nord

Dans un message daté du jeudi 9 mai 2019, le Général de division Lassina Doumbia chef d’état-major des armées a décrété l’état d’urgence dans le nord de la Côte d’Ivoire. Cette mobilisation des troupes à la frontière nord du pays, viserait à maintenir un climat de paix sur l’ensemble du territoire national.
Publicite

Le message du CEMA

Dans une note datée du jeudi 9 mai, et qui a pour objet « Mise en alerte des troupes », le Général de division Lassina Doumbia, chef d’état-major des armées, a décrété l’état d’urgence dans le nord de la Côte d’Ivoire à partir du dimanche 12 mai 2019 à 6H00 au lundi 3 juin 2019 à 18H. Selon lui, cette mobilisation des forces armées dans le nord du pays, durant un mois, est une réponse aux « rumeurs persistantes faisant état de velléités d’attaques armées aux frontières nord et afin de maintenir un climat de paix sur l’ensemble du territoire national ». Le CEMA demande également aux différents commandants de troupes de « mettre en QRF un détachement dans (leurs) emprises respectives en mesure d’intervenir sur ordre. ».

Les terroristes burkinabés infiltrent les pays voisins

Les velléités d’attaques dont parle ici le Gal Lassina Doumbia se situent certainement du côté de la frontière du Burkina Faso. Depuis plusieurs mois, ce pays est la cible d’attaques terroristes, principalement dans le nord et l’est. Les djihadistes ont même pris le contrôle de plusieurs villages dans l’est du Burkina Faso et mènent désormais  une bataille féroce contre les forces armées nationales burkinabés qui veulent les en déloger. Plusieurs villageois, désabusés par le gouvernement de Ouagadougou, auraient grossi le rang de ces terroristes. Certains d’entre eux auraient infiltré des pays voisins, dont le Bénin, où deux touristes français ont récemment été enlevés dans le nord. Dans une note écrite en début mai, l’armée nationale burkinabè avait d’ailleurs signalé l’infiltration de djihadistes dans les pays voisins et appelé à la vigilance.

La mobilisation des troupes concerne-t-elle Soro Guillaume ?

Certains observateurs voudraient plutôt voir dans cet état d’urgence, une « offensive » sécrète contre Soro Guillaume et ses « forces ». Le gouvernement serait enfin prêt à mettre la main sur l’ex PAN, devenu très bavard entre les jambes de ses parents. En avril dernier déjà, des informations faisaient état de la présence de drones et d’un commando dans le nord sur les traces de Soro Guillaume, alors en pleine tournée.

Cette mise en alerte des troupes est en tout cas vue d’un mauvais œil par les pro-Soro, dont le Prof Franklin Nyamsi qui est fortement agité sur internet. Dans une vidéo publiée sur Facebook, il tente comme un beau diable de sonder les intentions du président Ouattara, en vain. En attendant, il faudra peut-être inviter Soro Guillaume à nous éclairer sur son petit règlement de compte avec le Général Apalo, commandant supérieur de la gendarmerie nationale. « La gendarmerie ne doit pas être dans un camp. Elle doit rester collée et attachée à ses missions régaliennes. Je le dis, c’est important », avait-il déclaré avant de demander aux Ivoiriens de transmettre son message au Gal Apalo. Qu’est-ce que Bogota a-t-il vu pour interpeller ainsi le commandant supérieur de la gendarmerie nationale ?

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
PEAK : 1678560 : 1.6 mb
MEMORY : 1473192 : 1.4 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.