Publicite

Education : France 24 lève le voile sur les problèmes de logements des étudiants ivoiriens

Dans un documentaire réalisé par sa tribune Les Observateurs, France 24 a levé un voile sur les difficultés que rencontrent les étudiants Ivoiriens à se loger. On y découvre le revers hideux de la médaille que l’Etat de Côte d’Ivoire a toujours brandie, fièrement.
Publicite

Quand France 24 fait le boulot des chaînes nationales

Pour la seconde fois, après « Ligne Directe » en 2015, Les Observateurs de France 24 ont plongé au cœur des universités de Côte d’Ivoire pour constater d’eux-mêmes les conditions de vie des étudiants. Et pour la seconde aussi, ils ont trouvé le même décor désolant alors que le gouvernement et la RTI affirment régulièrement que tout va bien, que le campus a retrouvé son lustre d’antan.

Après les « Cambodgiens des années 90, on a les « Kosso »

Les Observateurs de France 24 sont allés à la rencontre des étudiants ivoiriens, parmi lesquels Marc M. un pseudonyme inventé par la chaîne française pour protéger l’identité de cette personne. Le jeune homme se confie aux reporters français : « Cela fait longtemps que les étudiants attendent la réhabilitation des anciennes cités universitaires. Pour ma part, je suis en médecine et, le tronc commun, avant le concours de première année, se fait uniquement à l'université Nangui Abrogoua. Les étudiants viennent donc d'un peu partout dans le pays. Mais face à l'absence de cités universitaires pour loger tout le monde, chacun doit faire en fonction de ces moyens. Ceux qui ne peuvent pas se loger à Abidjan dorment dans les amphis et attendent le week-end pour rentrer dans leur famille. On les appelle les "Kosso". ».

« on dort par terre, sur les bancs »

Selon Marc M. la situation au campus d’Abobo est encore bien pire car « On a du mal à travailler. On mange et on dort dans les mêmes salles que celles où on a cours le lendemain. On essaie de nettoyer pour ne pas laisser traîner de la nourriture, mais l'hygiène reste minimale. Il est interdit de ramener des matelas car il n'y a pas où les stocker après. Donc, on dort par terre, sur les bancs… Pour aller se laver, c'est aussi compliqué. Les toilettes sont insalubres, impraticables! Parfois, on attend la tombée de la nuit pour aller se rincer dehors un peu. D'autres se lavent dans les lavabos, ou ne se lavent pas. Aussi, les « affaires sont entassées devant les toilettes, parce qu'on n'a pas où les mettre. On est censés être les futurs cadres de la santé, on nous fait croire que tout ira mieux, mais j'ai juste l'impression que cela gâche notre scolarité. Heureusement, entre nous, l'ambiance est solidaire. ».

Encore un peu de patience

Comme Marc M. l’a souligné, les étudiants attendent la réhabilitation des cités universitaires, occupées pendant des années par les anciens combattants fidèles au pouvoir. Ils ont progressivement plié bagages après que le gouvernement leur a fait des promesses. Les cités ont été ensuite laissées à l’abandon, avant que l’Etat n’engage d’importants travaux de rénovation. Mais, depuis, il n’y a rien de concret et les étudiants s’impatientent. Pendant ce temps,  le ministre ivoirien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Albert Mabri Toikeusse, assure que « l'ensemble des travaux à Abidjan avance bien ». France 24 relève également que le directeur général du Centre régional des œuvres universitaires d'Abidjan (Crou-A), Jean Blé Guirao, a annoncé la livraison au mois de juin 2019 de quatre cités universitaires en réhabilitation dans le district d'Abidjan.

Les étudiants devraient donc s’armer de patience, quelques semaines encore…



Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1730176 : 1.65 mb
MEMORY : 1480776 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.