Publicite

Education : La COSEFCI « suspend » la grève et annonce le « boycott des examens »

A l’issue d’une l’assemblée générale tenue ce mercredi 23 mai, la Coalition du secteur éducation-formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI) suspend  son mot d’ordre de grève et annonce la « rétention des notes et moyennes » en vue de « boycotter les examens ».
Publicite

« A partir d’aujourd’hui, la Cosefci suspend son mot d’ordre d’arrêt de travail, elle ne lève pas le mot d’ordre, (car) à tout moment elle peut le rétablir », a déclaré le porte-parole de la Cosefci Pacôme Attaby après près de 4 heures de débats, devant les membres de la faîtière.

Les examens de fin d’année approchent et l’organisation syndicale « appelle le gouvernement de Côte d’Ivoire, s’il veut véritablement avoir des examens apaisés, de commencer à régler nos problèmes parce que c’est nous qui organisons ces examens là », a-t-il ajouté.

« S’il compte sur une clique de militants politiques pour nous contourner pour aller organiser ces examens, il sera très déçu, il aura la surprise de sa vie, il faut régler les problèmes des enseignants de Côte d’Ivoire », a-t-il déclaré.

Comme stratégie pour ramener le débat à la table des négociations avec notamment le Premier ministre, les membres de la Cosefci ont convenu de retenir les notes et partant les moyennes des apprenants, alors que l’année académique est quasiment achevée.

« Camarades, nous retenons les notes, que nul ne vous effraie. Si un proviseur, pour se tirer d’affaire, il est capable d’incantations à l’effet de trouver des notes pour son patron, c’est son affaire, que l’histoire le retienne ainsi, ne rendez aucune note », a-t-il lancé. Dans sa déclaration de fin, Pacôme Attaby a dénoncé les méthodes » hitlériennes » du gouvernement. « Ce que Hitler n’a pas fait, on a fait ça en Côte d’Ivoire », a-t-il tonné annonçant un durcissement l’année prochaine si rien n’est fait pour répondre aux revendications. D’ores et déjà il annonce les couleurs en prévenant les autorités que quoi qu’il arrive, il n’y aura plus de cours de mercredi l’an prochain. »Nous allons combattre cette loi injuste. Agrandissez les prisons », a-t-il averti.

Début janvier les enseignants avaient entamé « une grève illimitée » pour exiger du gouvernement de meilleures conditions de vie et de travail. Elle avait été suspendue en mars après des négociations avec le gouvernement. Mi mai, La COSEFCI avait reconduit sa grève, estimant que les revendications des enseignants n’avaient « pas encore été résolues ». Dimanche, la ministre de l’Education nationale, Kandia Camara avait estimé que la grève annoncée était de « trop » et que ça ne pouvait « pas continuer », ajoutant qu’elle ne l’admettrait pas, en marge d’une cérémonie à Ouragahio (Ouest ivoirien).

Mme Camara avait appelé M. « Attaby et ses camarades de la COSEFCI à revenir à la table de négociation » afin de continuer les discutions. Le 5 Avril, le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly avait chargé les ministres en charge de l’Education Nationale de continuer les discussions avec les formations Syndicales afin de trouver un consensus pour une sortie de crise.

Le gouvernement ivoirien s’était engagé dans des discussions avec les enseignants du primaire et du secondaire qui observent une série de grèves depuis janvier.




Paula K. avec Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com


Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1763648 : 1.68 mb
MEMORY : 1504160 : 1.43 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.