Publicite

Education : La FESCI en grève contre les COGES, plusieurs établissements fermés ce lundi

Comme annoncé dimanche, la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) est entrée en grève ce lundi 19 octobre 2020 contre les Coges, "pour 72 Heures renouvelables". « La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) se voit dans l’obligation de procéder à la suspension des cours sur toute l’étendue du territoire national à compter du lundi 19 octobre 2020 pour 72 Heures renouvelables », a annoncé son Secrétaire général, Saint-Clair ALLAH.   

Ce lundi 19 octobre 2020, suite au mot d’ordre lancé, la FESCI a procédé à la fermeture de plusieurs établissements scolaires à Abidjan et à l’intérieur du pays. Le syndicat des élèves et étudiants Côte d’Ivoire entend ainsi protester contre les cotisations COGES, les frais annexes et la fraude aux Sessions du Baccalauréat.

Donnant les raisons de la grève, le secrétaire général de la FESCI a signifié que cette décision n’intervient pas dans le cadre de la désobéissance civile. « Notre démarche reste la même. Nous sommes engagés et résolument engagés dans la lutte de voir les frais annexes imposés dans les établissements secondaires supprimés pour le bonheur des enfants des pauvres que nous sommes », a déclaré Allah Saint Clair appelé Makelele soulignant que « Ça n’a aucun rapport avec une quelconque désobéissance civile, mais plutôt une dynamique dans laquelle la FESCI est engagée depuis plus de cinq ans, dans le seul but de l’amélioration des conditions d’étude des élèves de notre nation. Et nous irons jusqu’au bout ».

Le Comité de Gestion des Etablissements Scolaires Publics (COGES) crée par décret N° 2012-488 DU 7 JUIN 2012, présenté par le Ministère de l’Education nationale comme un outil de bonne gouvernance représente pour la FESCI, les parents d’élèves et plusieurs autres acteurs, comme le fossoyeur du système éducatif. Les frais annexes aux inscriptions des élèves peuvent aller du simple au double selon les établissements par manque de normes applicables à l’ensemble des écoles. Un véritable frein à la scolarisation de certains enfants alors que l’école a été rendue obligatoire dans le pays pour ceux-ci.

« La plupart des lycées et collèges, après le paiement des 6 000 FCFA imposés par l’Etat à l’inscription, imposent parfois d’autres frais qui vont de 10 000 à 100 000 FCFA », expliquait Assi Fulgence Assi, ancien responsable du mouvement estudiantin.


Blackson Dodo Sylvain, Correspondant/Akody.com
Publicite

Laisser un commentaire

Publicite
PEAK : 1744328 : 1.66 mb
MEMORY : 1514464 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.