Publicite

Elections régionales et communales : La position du FPI d’Aboudramane Sangaré en 10 points

Le Front Populaire Ivoirien, tendance Aboudramane Sangaré, était, ce mardi 11 septembre 2018, devant la presse pour se prononcer sur les élections communales et régionales d’octobre prochain. Après avoir accusé le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara, de vouloir passer en force, grâce à sa CEI illégale, le FPI a donné, en dix points sa position, sur ces élections à venir.
Publicite

Une CEI maintenue pour passer en force ?

Le FPI d’Aboudramane Sangaré, celui cautionné par Simone Gbagbo, a tenu une conférence de presse ce mardi pour donner sa position sur l’actualité politique ivoirienne, à savoir les élections municipales et législatives du samedi 13 octobre 2018. Le FPI se dit peiné par la duperie du Président Ouattara qui aurait fait une volte-face au dernier moment. «Le Chef de l’Etat, comme à son habitude, montre son mépris pour les Ivoiriens. Le 6 août, Alassane Ouattara a annoncé avoir pris une ordonnance portant amnistie des prisonniers politiques. Dans le même élan, Ouattara avait instruit le gouvernement de réformer la CEI afin que ces élections soient inclusives (…) Après un mois, Ouattara fait un revirement spectaculaire et déclare, à la surprise générale, qu’il n’y aura pas de réforme de la CEI. Pourquoi le Chef de l’Etat fait-il preuve d’une inconstance dilatoire et puérile ? » s’est interrogé Aboudramane Sangaré.

De fait, après son retour de la Mecque, le Président Ouattara avait déclaré que la CEI ne serait pas reformée maintenant, à la faveur des élections locales, mais plutôt après, pour la présidentielle de 2020. Il a donc pris de court toute l’opposition et le PDCI avec, alors que ces derniers commençaient à rêver d’une bataille électorale équitable.

 La position du FPI en 10 points

Aussi, le FPI, version Aboudramane Sangaré, se désole-t-il de voir cette CEI inféodée au pouvoir, continuer d’exercer. Pour le Gardien du Temple FPI, il est clair que le Président Ouattara a peur de se retrouver sur le terrain des élections en face du FPI. Le Chef de l’Etat serait trop faible politiquement pour oser affronter le FPI, d’où le fait qu’il vide la CEI de toute sa substance.

Après l’analyse qu’il a faite, le FPI a résumé, en dix (10) points, sa position au sujet des élections locales à venir. Le FPI :

1-dénonce la volte-face du Chef de l’Etat ;
2-condamne cette attitude qui ternit l’image de la Côte d’Ivoire ;
3-rejette toute idée d’organiser l’élection locale sans que la CEI ne soit reformée ;
4-met en garde Ouattara
5-s’oppose énergiquement à cet autre passage en force d’Alassane Ouattara
6-exige le report sans conditions des élections locales ;
7-tient Ouattara pour responsable s’il veut imposer au pays des élections locales sans la réforme de la CEI ;
8-prend à témoin l’opinion nationale et internationale ;
9-réitère son appel à tout le peuple ivoirien ;
10-exhorte les forces vives de la nation pour faire barrage à Ouattara s’il veut tenter un passage en force.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1691432 : 1.61 mb
MEMORY : 1471240 : 1.4 mb