Publicite

Energie : 2020 sonnera-t-il la fin du monopole de la CIE ?

L’année 2020 pourrait sonner la fin du monopole de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité (CIE), dans la distribution et la commercialisation de l’électricité en Côte d’Ivoire.
Publicite

Cette éventualité, étudiée de près par l’Etat ivoirien, n’enchanterait guère Eranove, le groupe français détenteur de la CIE.

Le contrat de la CIE prend fin en 2020

Filiale du groupe français Eranove, liée à l’État de Côte d’Ivoire par une convention de concession de type affermage pour l’exploitation des ouvrages de production, de transport et de distribution, de commercialisation, d’importation et d’exportation d’énergie électrique, la Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE), l’un des leaders de son secteur sur le continent africain, pourrait bientôt voir son monopole remis en cause en Côte d’Ivoire.

En effet, en 2020, prendra fin son contrat signé avec l’Etat ivoirien en 2005. Ce contrat, qui lui donne l’exclusivité de la distribution et de la commercialisation de l’électricité en Côte d’Ivoire, ne pourrait plus être reconduit.

Le Gouvernement se verrait bien mettre à profit cette année 2020 pour libéraliser le domaine en vue de diminuer les coûts des facteurs du secteur, relève Jeune Afrique.

L’Etat veut compenser la différence entre prix et coûte de revient

Mais cette idée n’enchanterait guère le groupe français Eranove. Il la verrait d’un mauvais œil, sachant les contraintes d’une concurrence « déloyale » d’autres groupes aux prix trop sociaux. Fermement opposée à cette probable libéralisation, Eranove fait valoir la réussite de son « modèle électrique ivoirien ».

En effet, la CIE, ce relais de l’ancienne compagnie d’électricité EECI, est l’un des leaders de la production et de la distribution de l’énergie électrique en Afrique. Exportant déjà dans 06 pays de la sous-région (Bénin, Burkina, Ghana, Togo, Mali et Guinée), cette compagnie est vouée à s’étendre davantage dans les années à venir.

Mais pour le Gouvernement, il s’agit plus de couvrir les coûts de production par les prix de l’électricité que de promouvoir le modèle ivoirien.

Pour pallier ce déficit, l’Etat avait fixé une hausse du coût de l’électricité en 2016, mais de violentes manifestations dans tout le pays l’ont poussé à suspendre la mesure.

Toutefois, en 2017, il a décidé d’augmenter de 3% le coût de la consommation pour les opérateurs économiques abonnés à la haute et moyenne tension.

Mais cette hausse n’a pas pu combler l’énorme trou de 100 millions d’Euros laissé par le déséquilibre entre prix et coût de revient de l’électricité.



Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1697864 : 1.62 mb
MEMORY : 1468376 : 1.4 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Akody.com utilise les cookies pour suivre et compter les articles que vous avez lus. Ceci nous permet d'informer nos partenaires qui font la publicité sur notre site. En continuant, vous acceptez les termes d'utilisation de notre site.