Femmes/Abidjan: Quand le plan perruque monte en puissance

Les vendeuses de perruques ont acquis une certaine expérience et réputation en raison de la qualité de leur travail.

Lorsqu’elles sont fatiguées des tresses, les femmes se tournent vers les perruques. Un choix capillaire « sauveteur », c’est le plan P ou perruque qui connaît aujourd’hui un boum  entraînant avec lui l’essor social des conceptrices.

Entre le marché Gouro et l’hôpital général d’Adjamé sont visibles ces coiffeuses particulières depuis plus d’une décennie. Elles sont plus d’une vingtaine  confectionneuses de perruques, nouveau plan capillaire des Abidjanaises. Quasi présents dans tous les grands marchés de la capitale, pas chers, rapides et réputés pratiques par les adeptes, ces postiches s’arrachent comme des petits pains au grand bonheur de ces coiffeuses reconverties.

Plan P ou perruque, à la découverte du projet.

Leur salon à ciel ouvert essentiellement meublé de hauts tabourets est en fait la devanture d’un magasin de vente de mèches, celui de Moussa Kamana. Une sorte d’espace de co-working payant. Ces coiffeuses déboursent 500 Fcfa la journée. Source intarissable de la matière première où sont fabriqués à la chaîne des dizaines de coiffes de faux cheveux synthétiques.

Tresses, tissages et nattes, des choix autrefois réalisés directement sur la tête des clientes sont aujourd’hui  en version amovible exposés tels des trophées en ce lieu grouillant de femmes. Du haut de leur tour de bois, où sont guettées les potentielles clientes, Nicole Guédé, Chantal, Charlotte, Awa, Fatou, Naminata et certaines épouses, mères défavorisées pour la plus part, ont les mains très occupées.

Munies d’aiguilles, de mèches et de fils, ces coiffeuses tressent, nattent, fixent, posent, tissent, bref elles s’activent pour donner forme aux produits finis. C’est samedi, jour de recette, la concurrence est rude et le marketing est direct. Elles sont aidées dans leurs tâches par des apprenties qui rêvent voir exposer un jour leur propre travail. En attendant, la phase d’apprentissage est le passage obligé.

Les vendeuses de perruques ont acquis une certaine expérience et réputation en raison de la qualité de leur travail. Pour atteindre ce niveau, il faut pour l’heure « terminer les bouts ».

« Depuis l’avènement du mouvement ''nappy'', les femmes n’aiment plus beaucoup se faire tresser les cheveux. Elles préfèrent de plus en plus les perruques pour changer de coiffure. Nous nous sommes adaptées et pliées aux exigences de nos clientes et du marché », avance Nicole Guédé, occupée à finir, à grande vitesse, des tresses.  Autres raisons: les tempes dégarnies et alopécies résultantes du recours abusifs des tresses, tissages et autres usages de produits défrisants par la gent féminine.

« A force d’insister avec les tissages et autres poses d’extension, j’ai perdu tous mes cheveux de devant. Je suis un traitement capillaire pour la repousse des cheveux et pour des raisons d’esthétique je me suis tournée vers les perruques », indique la jeune dame qui passe comme par magie de cheveux courts aux cheveux long en l’espace  d’une minute.

Le gain de temps, d’argent…de cheveux sont les autres raisons évoquées.

« Pour une tresse réalisée sur ma tête, il faut compter toute une journée, un luxe que je ne peux me permettre, vu le nombre de courses que j’ai à faire aujourd’hui. Raison pour laquelle j’ai opté pour les perruques. C’est rapide, pas douloureux et très pratique », confie une autre cliente venue récupérer sa commande.

Pour raison de mode ou d’esthétique ou parfois de maladie, les conceptrices en gagnent pour leur compte. Des dizaines de perruques écoulées les week-ends, à raison de 10 000 Fcfa et plus l’unité. En semaine l’affluence est moindre mais une chose est sûre, les perruques constituent un contrat ‘’gagnant-gagnant’’.

Rita Droh
fratmat.info

Laisser un commentaire

PEAK : 1717520 : 1.64 mb
MEMORY : 1513680 : 1.44 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.