Publicite

Grève dans l’enseignement : L’UPCI invite le gouvernement à négocier avec les syndicats

Face à la détermination des enseignants à aller jusqu’au bout de leurs revendications, l’Union pour la paix en Côte d’Ivoire (UPCI), un parti politique de l’opposition, a invité le gouvernement ivoirien à négocier avec les syndicats afin de sauver l’école ivoirienne. Celle-ci est paralysée depuis plus de deux semaines par une grève sans issue.
Publicite


Toujours pas de cours ce lundi

Depuis plus de deux semaines, une grève de la Coalition des syndicats du secteur éducation et formation de Côte d’Ivoire (COSEF-CI) et de l’intersyndicale de l’enseignement préscolaire et primaire de Côte d’Ivoire paralyse l’école ivoirienne. Les jours passent et la situation ne semble pas près d’être résolue. Jouant jusque-là la sourde oreille, le gouvernement ivoirien a appelé, mercredi dernier, au terme d’un conseil des ministres, l’ensemble des organisations syndicales du secteur public à la responsabilité en respectant la trêve sociale signée en 2017. Malheureusement, les enseignants grévistes ne veulent plus parler de cette trêve. Ils exigent la satisfaction de leurs points de revendication sans reprendre la craie.

C’est pourquoi, ce lundi matin, il n’y avait toujours pas de cours dans les écoles publiques et quelques autres privées, malgré l’assurance donnée, le jeudi dernier, par la Ministre de l’Education Nationale, Kandia Camara, de la reprise des cours ce jour. 

Sauver l’avenir de nos enfants

Ce bras de fer entre les enseignants et l’Etat préoccupe fortement l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI) de Me Soro Brahima. Le parti a donc interpellé les protagonistes à travers une déclaration faite ce lundi. «L’UPCI regrette que le gouvernement soit plus préoccupé par le rafistolage d’une organisation politique mort-née qu’à préparer un avenir pour nos enfants.

Face à cette situation, l’UPCI engage le gouvernement à entreprendre sans délai des négociations avec les syndicats afin de sauver l’avenir de nos enfants et demande à tous les acteurs de l’école ivoirienne de garder à l’esprit l’intérêt général du pays et de faire preuve de flexibilité lors des négociations (…) L’UPCI exige enfin de sérieuses et profondes réformes du système/formation afin de mettre un terme définitif aux différents remous sociaux dans ce secteur et faciliter un retour rapide des écoles et universités ivoiriennes dans les classements africains et mondiaux».

L’UPDCI espère que les uns et les autres entendront raison car il s’agit avant tout de l’avenir de l’école ivoirienne, et partant de la société toute entière.

Paula K. avec Alex Dimeco, Correspondant/Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
PEAK : 1707432 : 1.63 mb
MEMORY : 1480224 : 1.41 mb
x

Ce site web utilise des cookies

Notre site Web utilise des cookies et collecte votre adresse IP pour diffuser et améliorer notre contenu Web. Les cookies et les adresses IP nous permettent de vous offrir une expérience personnalisée. More

Akody peut utiliser des cookies et mon adresse IP pour collecter des statistiques et fournir des offres personnalisées dans le respect de la politique de confidentialité et des conditions d'utilisation. Akody peut utiliser des services tiers à cette fin. Je peux révoquer mon consentement à tout moment en visitant l'option de retrait.