Grève dans les Universités et Lycées de Côte d'Ivoire : La Fesci annonce la reprise des réclamations

Le mois de mai 2018 sera jalonné par la reprise des grèves et réclamations pour de meilleures conditions d’étude et de vie pour les étudiants. Cette information a été donnée par le Secrétaire national de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci). "Le syndicat reprend le chemin de la grève, à partir de Mai 2018", a déclaré Assi Fulgence Assi dit AFA, le vendredi 13 avril dernier, à l’occasion d’une conférence de presse, au campus de Cocody.


Selon lui, depuis des mois, les autorités ivoiriennes, en qui la Fesci a placé sa confiance, n’a pas tenu ses promesses. Car ayant observé dans le calme la situation scolaire et universitaire qui malheureusement n'a pas évolué depuis le mois d'août dernier.

"Nous avions fait confiance à nos autorités. Nous attirons encore l'attention de nos autorités. Au début du mois de Mai, nous serions obligés de réagir pour les amener à se pencher sur nos revendications. Nous leur demandons une séance de bilan pour revisiter les engagements pris et voir ce qui n'a pas été respecté", a-t-il expliqué.

Avant de révéler "que le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique avait pris l'engagement de faire respecter les frais d'inscription qui sont de 40 mille francs au niveau des grandes écoles", promesse non respectée d’après lui. "Des écoles auraient fait payer 5000 frs pour les cartes d'étudiants, alors que les frais d'inscription prennent en compte tous ces frais", déplore-t-il.

Concernant les universités publiques, après des échanges avec l'administration, à en croire le SG, il a été arrêté qu'au plus tard au mois d'avril, le processus de réhabilitation des cités Universitaires d'Abidjan allait être effectif. Pour la Fesci, cela n'est pas le cas. A ce niveau, Afa annonce que "nous avons adressé de correspondances au ministère de tutelle ainsi qu'à la Présidence de la République pour attirer leur attention sur l'engagement pris dans le mois d'août 2017. Il avait été dit que les cités universitaires de Man et de Korhogo devraient être achevées". Malencontreusement, rien ne fit (...) Nous prenons à témoins l'opinion nationale et internationale. Depuis le mois d'août dernier nous avons observé le calme".

Au vu de toutes ces promesses non tenues, la Fesci se doit donc de reprendre les procédures de réclamation par voie de grèves pour pousser à bout les autorités ivoiriennes qui ne parviennent pas à prendre les décisions idoines afin de pallier ces problèmes qui minent les milieux estudiantin et scolaire de Côte d’Ivoire.

En attendant l’amorce de ces différentes réclamations annoncées par la Fesci qui selon notre analyse mettraient en mal le fonctionnement du système éducatif ivoirien si rien n’est fait, le corps professoral notamment le syndicat des agents de l’administration centrale du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (SYAAC) entamera également une grève illimitée, et ce, à compter du mardi 24 avril prochain pour réclamer la "signature totale des revendications qui devront être matérialisées par la signature d’un acte portant instauration des primes trimestrielles".  



Penouel D. / Akody.com 

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1682392 : 1.6 mb
MEMORY : 1451200 : 1.38 mb