Immigration clandestine : l’Ong CARPED propose ses solutions pour endiguer le phénomène

En marge du Sommet Union Africaine-Union Européenne qui s’est tenu en Côte d’Ivoire et qui s’est accentué en partie sur le phénomène galopant de l’immigration clandestine incluant la vente des migrants observée ces dernières années, l’Organisation non-gouvernementale Challenge Africain pour le Renouveau des Politiques Economiques de Développement (Ong CARPED), a organisé un échange avec la presse afin d’inviter les uns et les autres à une coalition dans l’objectif d’endiguer l’immigration clandestine.

"L’eldorado c’est ici, notre terre promise c’est l’Afrique", est en substance la devise que compte promouvoir l’Ong, a laissé entendre, le capitaine Éric Koné, président de ladite organisation à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a animé le 30 novembre 2017 dernier au siège de l’Ong sis à Cocody Deux-Plateau (Abidjan).

Pour lui, l’Ong prévoit également apporter sa contribution à l’émergence de nouvelles intelligences pour l’élaboration de stratégies et une redynamisation des politiques de développement favorables aux jeunes. Il a, par ailleurs, invité les acteurs et citoyens à s’approprier cette vision, ce concept.  

Pour mener à bien ce combat, M. Koné, a exhorté à une coalition de toutes les forces et tous les leaders de la jeunesse Africaine qui, selon lui, constituerait une synergie dynamique susceptible de constituer une entrave à l’immigration. "Je demande à tous, à la presse, aux leaders d’opinion d’unir nos forces et compétences pour faire barrière à l’immigration clandestine. Cette coalition permettra, par des actions bien structurées, de conscientiser la jeunesse en leur ouvrant les yeux sur les opportunités dont dispose le continent africain", a-t-il lancé comme appel. Avant d’ajouter, "la vraie terre promise c’est ici" (en Afrique, ndrl).

S’adressant particulièrement à la jeunesse ivoirienne, Éric Koné, lui, recommande de demeurer sur sa terre qui regorge tant de richesses et de lendemains meilleurs, "Pendant que les européens viennent chez nous pour s’enrichir, nous souffrons pour aller chez eux. Il faut mettre fin à ce stigma, à ce complexe".

Dans la même lancée, le président a indiqué que le CARPED entamera, dans les prochains jours, en somme de ses multiples actions, une caravane de sensibilisation à travers tout le pays afin d’exposer les faces néfastes cachées de ce phénomène d’immigration clandestine qui détruit à petit feu la jeunesse africaine. Aussi, la CARPED envisage-t-elle organiser une rencontre avec le président en exercice de l’Union Africaine, Alpha Condé, et son président de Commission afin de porter sur la table, la vision et les propositions de l’Ong.

Chaque année, on recense des milliers de morts et de disparus. L’immigration clandestine est alimentée en partie par une économie du passage clandestin de plus en plus organisée par de véritables réseaux transnationaux, souvent mafieux, qui fournissent des faux papiers aux candidats au départ, déterminent les moyens de transport, les trajets et les modalités de passages aux frontières et recrutent de la main-d’œuvre directement dans les pays d’origine, au profit de rabatteurs peu scrupuleux, en conduisant certaines personnes à des formes d’esclavage moderne (la prostitution en étant l’exemple le plus visible).
 
Penouel D. / Akody.com

Laisser un commentaire

Publicite
Publicite
Publicite
Publicite
PEAK : 1682016 : 1.6 mb
MEMORY : 1447168 : 1.38 mb